Durant les échauffourées de samedi dernier, 13 personnes ont été arrêtés. Parmi eux, dix ont été écrouées, ce lundi, par le juge d’instruction près le tribunal de Ghardaïa. 

Accusés d’être impliquées dans les échauffourées qui ont une nouvelle fois touché la ville de Ghardaïa, samedi dernier, entre des habitants de Theniet  El-Makhzen (arabes) et ksar Mélika (moabites), dix personnes ont été arrêtées. Elles sont passées devant le juge d’instruction près le tribunal de Ghardaïa qui les a inculpé pour « attroupement armé sur la voie publique, destruction, incendie volontaire, tentative de vol de biens publics et privés et agression sur agents de l’ordre en mission », selon l’APS, qui cite une source judicaire. Une mise en accusation assez lourde qui pourrait leur valoir quelques années d’emprisonnement.

Advertisement

Trois autres personnes, arrêtées dans les mêmes circonstances, ont bénéficié d’une liberté provisoire mais ils ne sont pas tirés d’affaire. Il sont effectivement toujours poursuivis pour ce même motif.

Pour rappel, ce samedi, des échauffourées ont éclaté entre des jeunes de deux quartiers de la ville de Ghardaïa. Les éléments des services de sécurité sont intervenus. En s’interposant entre les deux camps, les forces de l’ordre ont été la cible de jets de projectiles. Plusieurs policiers ont ainsi été blessés durant l’intervention. Dans le feu des violence, des habitations du quartier ksar Mélika ont été saccagées. C’est sur les lieux des affrontements que les 13 personnes ont été arrêtées.

Elyas Nour avec APS