En Algérie, les imams sont très demandés en ce moment. Non pour venir en aide aux malades, ou aux épouses stériles mais, cette fois, pour aider les candidats au baccalauréat, trop stressés à quelques jours de l’examen.

Alors que 650.000 élèves se présenteront à partir de dimanche prochain pour passer les épreuves du baccalauréat partout en Algérie, le taux d’échec de l’année dernière, plus de 50%, plane comme une menace et met sous pression les candidats.

Une pression que certains jeunes ne supportent pas parfois. L’année dernière, trois candidats avaient tenté de mettre fin à leurs jours alors qu’ils passaient le célèbre examen. Plus grave, une élève était décédée suite à une crise cardiaque alors qu’elle venait de recevoir sa feuille d’examen de l’épreuve de philosophie.

« Dons d’exorciste »

Pour empêcher de telles situations dramatiques d’arriver, des parents d’élèves ont décidé de prendre les choses en main et d’avoir recours à la « roqya » pratiquée par les imams. Plutôt que des psychologues, ils ont donc préféré faire appel à des imams afin d’aider leurs enfants, comme l’a affirmé le président du syndicat des imams à l’AFP. En effet, selon ce dernier « l’imam peut exorciser les démons de la peur et du stress ». Selon l’AFP, l’imam d’une mosquée de Blida vante ses « dons d’exorciste » qui permettent d’augmenter « les capacités de concentration ». Ainsi, des parents ont recours à ce genre d’aide afin d’apaiser leurs enfants, pour les rendre plus serein à la veille de l’examen tant redouté par certains.

Avec AFP

Notez cet article