Abdelaziz Bouteflika qui a présidé ce mercredi le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement, est revenu sur l'élection du 17 avril. Il a estimé que les Algériens ont fait le bon choix et se sont opposés "au désordre" en l'élisant. 

Quelques jours après la nomination du nouveau gouvernement Abdelaziz Bouteflika a donné ses premières consignes à ses ministres. Il a tout d'abord commencé par asseoir sa légitimité, estimant que lors de cette élection du 17 avril "le vaillant peuple algérien se prononcer fermement contre le désordre, la violence et la Fitna", dans un communiqué rendu public à l'issue du conseil des ministres. Le Président a également indiqué que "cette confiance du peuple" accordée le 17 avril "est une noble et lourde charge confiée non seulement au Président de la République, mais aussi, à ceux qui auront à l'assister au service du pays".

Advertisement

Répondant tacitement aux accusations d'irrégularités durant l'élection présidentielle, le Président a indiqué que "les algériens et les algériennes ne sauraient accepter que la démocratie s'exerce hors des règles et des institutions définies dans la Constitution, ou loin d'une conduite pacifique qui s'impose à tous, ni encore moins, en contresens de la volonté souveraine exprimée par notre Peuple". Abdelaziz Bouteflika a donc promis qu'il allait "barrer la route à l'aventurisme et à ses prophètes" pour préserver cette stabilité.

Il  a en outre instruit ses nouveaux ministres d'accélérer les réformes et projets, et a parlé de "véritable course contre le temps". Abdelaziz Bouteflika a indiqué que la priorité sera donnée aux attentes de la jeunesse, à la construction d'une économie "diversifiée et compétitive" avec l'élaboration d'un Programme 2015-2019 d'investissements et de développement et une régulation du marché intérieur.Au programme également, la révision et l'amélioration de la gouvernance. Il a également indiqué qu'il était urgent d'entamer la révision du découpage administratif du territoire. Il a enfin demandé que soit appliqué le plus rapidement possible l'autorité de régulation de l'audiovisuel et de l'autorité de régulation de la presse écrite.