Il y a 4 millions de femmes en Algérie qui sont titulaires d’un permis de conduire. L’information a été rapportée aujourd’hui, par  le quotidien arabophone Ennahar. Sauf que ce dernier estime que ce nombre justifie la hausse des accidents de la route…

Le chiffre d’automobilistes femmes leur a été communiqué par Abdelghani Hamani, le directeur des permis de conduire au niveau du Ministère des transports. Sur les 20 millions de détenteurs de permis de conduire, 20% sont des femmes.  140 000 femmes obtiennent le fameux document annuellement sur un total de 650 000. Un chiffre, apparemment, en hausse continuelle, ces dernières années, contre celui des hommes qui a stagné. Une preuve selon Ennahar que «dans quelques années les femmes seront plus nombreuses sur la route que les hommes» en tentant de lier cette hausse des femmes titulaires des permis de conduire avec celui des accidents de la route puisque «les femmes ne conduisent que depuis peu» et donc sans expérience. Ce qui cause des accidents tragiques sur la route, déduit ce quotidien arabophone controversé.

Un jugement inapproprié qui s’appuie sur un cliché facile puisque les chiffres communiqués par les services de sécurité relatifs aux accidents de la route plaident pour le contraire. Les accidents les plus mortels sont causés généralement par la grande vitesse sur les autoroutes. Une spécificité liée aux hommes. De leur côté, les femmes sont impliquées dans des accidents au milieu urbain, où généralement les dégâts ne sont pas graves. Ce sont donc les hommes qui font le plus de dégâts sur la route.

Pour étayer son propos, le journaliste d’Ennahar s’est même donné la peine de poser la question à une psychologue pour s’exprimer sur ce « phénomène ». La spécialiste estime qu’il s’agit d’une culture importée de lOoccident ». Tout cela pour tenter d’expliquer le constat suivant :  les femmes algériennes sont de plus en plus nombreuses à passer avec réussite les examens du permis de conduire. Est-ce un problème de société ? C’est du moins ce que laisse entendre  Ennahar

Elyas Nour