Pour la première fois, le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, reconnaît d’importantes lacunes dans la gestion administrative et financière des cités AADL.

Un calvaire. Pannes fréquentes et durables des ascenceurs sont le lot quotidien des locataires d’immeubles de l’AADL (Agence amélioration et de développement du logement), à travers toute l’Algérie. Ces derniers ont beau s’acquitter des charges et des mensualités du logement, l’agence AADL, en pleine tourmente suite à l’affaire du fils du wali d’Alger, ne remplit pas elle sa part du marché puisque les ascenceurs fonctionnent de façon trop irrégulière dans ses cités.

Advertisement

Le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a décidé de faire la lumière sur la gestion des cités AADL, en diligeant une enquête sur Gest-Immo, la filiale de l’agence AADL, chargée de la gestion de ses cités. Et le résultat est sans appel. L’Inspection générale des finances, qui a mené cette enquête, rapporte un “dysfonctionnement dans la gestion du budget de la filiale, et une défaillance dans le fonctionnement de l’agence notamment dans l’entretien des ascenseurs et des immeubles”, détaille l’APS.

Un constat d’échec rendu public mercredi par le ministre en personne. Pour la première fois, le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, a reconnu des “failles importantes” dans la gestion administrative et financière de cette filiale, en marge de l’ouverture de la FIA à Alger.

Et le ministre promet de faire le ménage à Gest-Immo. Abdelmadjid Tebboune a ainsi demandé l’ouverture d’une enquête pour déterminer la “responsabilité de ces irrégularités au niveau de Gest-Immo et engager des poursuites judiciaires”, rapporte l’APS. En visite à la Safex d’Alger pour le lancement de la 47è FIA, le ministre de l’Habitat a également laissé entendre qu’une “réorganisation générale” de l’Agence AADL aura lieu pour “l’amélioration de la gestion et le renforcement de ses capacités”.

Effet d’annonce ou réelle volonté politique ? La question reste posée.