Le Conseil d’association UE-Algérie a tenu sa huitième session, mardi dernier à Bruxelles.

Les deux parties ont passé en revue leur partenariat dans différents domaines. Dans sa déclaration en cette occasion, l’Union européenne invite les autorités algériennes à associer la société civile au programme de réformes politiques et à créer un environnement plus favorable aux investissements économiques européens.
Sur le plan des relations politiques, l’UE considère que l’Algérie «constitue un partenaire important de l’UE, y compris dans le cadre de la politique de voisinage», et se dit convaincue que dans le cadre de la PEV, l’accord d’association demeure le mécanisme le plus pertinent pour le développement des relations entre les deux parties. Ceci en invitant à l’adoption dans les plus brefs délais d’un plan d’action pour la mise en œuvre de cet accord. Une consultation de la société civile et des acteurs économiques privés à ce sujet est souhaitée par l’UE.

Revenant sur la tenue de  l’élection présidentielle du 17 avril dernier, la déclaration de l’UE n’évoque pas du tout les conditions de déroulement de ce rendez-vous, ne fait aucun commentaire sur les résultats, mais souhaite revenir sur les recommandations formulées par les experts européens lors des législatives de 2012 et la présidentielle de 2014. «L’UE réitère son souhait d’entamer un dialogue avec les autorités algériennes au sujet des recommandations formulées tant par la mission d’observation électorale déployée lors des législatives de mai 2012 que par la mission d’expertise électorale envoyée dans le cadre de l’élection présidentielle du 17 avril 2014.»

Lire la suite sur El Watan