S’il y a une personne qui ne pleurera pas sa disparition, c’est bien Jean-Marie Le Pen… « L’enfant au poignard », c’était lui. Mohamed Moulay est mort, samedi 28 avril, à Alger, d’une embolie pulmonaire. Il avait 67 ans. Son histoire parait dans Le Monde du samedi 4 mai 2002, à la veille du second tour de l’élection présidentielle. Jean-Marie Le Pen a évincé Lionel Jospin au premier tour et se retrouve en compétition avec Jacques Chirac. Si Mohamed Moulay a accepté de se confier au Monde, c’est parce que « la situation est grave, dit-il. Un homme qui a les mains pleines de sang prétend entrer à L’Elysée. »

UN HOMME GRAND, FORT ET BLOND

Ni lui ni sa famille n’espèrent quoi que ce soit : « Nous n’attendons ni publicité ni argent. Je m’étais mis en retrait de la guerre d’Algérie depuis longtemps, mais nous sommes capables, nous aussi en Algérie, d’avoir un sursaut devant ce qui se passe en France », tient-il à préciser…

Lire la suite sur Le Monde