En dépit des campagnes de sensibilisation entreprises en vue d’arrêter l’hémorragie sur nos routes, ou du moins atténuer le phénomène, on constate une progression alarmante des accidents de la circulation. Le non-respect du code de la route est devenu monnaie courante. Les feux rouges dans les périmètres urbains ne servent plus à rien…

Pendant cette période estivale, qui connaît un grand mouvement de déplacement des citoyens, les accidents de la circulation continuent d’ensanglanter nos routes. Il ne se passe pas un jour sans qu’au moins un accident grave ne soit signalé.

Que ce soit sur le périmètre urbain ou rural, l’Algérie est championne sur ce registre. En dépit des campagnes de sensibilisation entreprises en vue d’arrêter l’hémorragie sur nos routes, ou du moins atténuer le phénomène, on constate une progression alarmante des accidents de la circulation.

Le non-respect du code de la route est devenu monnaie courante. Les feux rouges dans les périmètres urbains ne servent plus à rien. Les panneaux de signalisation sur les routes sont devenus inutiles. Et le bilan continue de s’alourdir. Pas moins de 44 907 accidents de la circulation ont été enregistrés en 2013 en Algérie, soit une moyenne de 124 accidents/jour pour un parc automobile de 8 millions de véhicules, a indiqué, le commandant du 2e commandement régional de la Gendarmerie nationale, le général Tahar Othmani.

Lire la suite sur Le Jour d’Algérie

Notez cet article