Le diplomate algérien, Lakhdar Brahimi, jette l’éponge. L’envoyé spécial des Nations-Unies pour la Syrie a d’ores et déjà remis sa démission au secrétaire général de l’ONU. Ban Ki-Moon a indiqué que la décision de Brahimi sera effective dès la fin de ce mois.

M. Brahimi « quittera ses fonctions au 31 mai », a déclaré M. Ban Ki-Moon à la presse en présence de M. Brahimi, rapporte l’AFP.

Nommé médiateur des Nations-Unies en Syrie, en remplacement de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, démissionnaire pour avoir été incapable de régler le problème syrien, le diplomate algérien aura tout tenté, depuis 2 ans, pour rapprocher les avis des parties en conflit. En vain. Ni sa capacité de négociations, ni la réputation dont il jouit n’ont permis à Lakhdar Brahimi de régler l’un des conflits les plus délicats que connaît la planète ces dernières années.

Pour ne rien arranger à la chose, le président syrien, Bachar El-Assad organise des élections présidentielles dans les jours qui viennent. Le dictateur sera sans doute réélu.

 Essaïd Wakli