L’homme d’affaires Issad Rebrab n’est pas dans le viseur du pouvoir, d’après le Ministre de l’Industrie Abdesselam Bouchouareb. Ce dernier a affirmé que l’Algérie n’entravait pas intentionnellement les ambitions du patron de Cevital. 

Dans un entretien accordé au quotidien El Watan, le ministre de l’Industrie a tenu à répondre à Issad Rebrab, qui se plaint d’un manque de coopération de l’Algérie dans ses projets de développement économique et industriel. « Je ne vois pas le ministère de l’Industrie empêcher un industriel algérien, tel que monsieur Rebrab, d’investir. Quand je verrais les dossiers et quand j’aurais l’occasion de le rencontrer, on en parlera.  Je verrai de quelle manière les choses peuvent êtres réglés », a affirmé le ministre dans les colonnes du quotidien francophone.

Issad Rebrab, le PDG de Cevital se plaint fréquemment des blocages qu’il subit en Algérie dans la concrétisation de ses ambitions. L’homme d’affaires qui a récemment racheté le groupe français FagorBrandt a de nombreux projets qu’il aimerait développer depuis des années, en vain. Il pointe souvent du doigt  les autorités algériennes, et il y a quelques jours il avait déclaré dans une interview accordée à TSA : « J’ai cherché à comprendre les raisons du blocage. J’ai fait mon enquête. Et il était vraiment triste de découvrir que certains confrères intoxiquent certains décideurs en leur rapportant des propos déformés ».