Les adeptes du complotisme ont de quoi se réjouir. Après les révélations sur le complot fomenté par le Qatar pour obtenir le Mondial 2022, la Coupe du Monde 2014 est elle aussi la cible de théories plus ou moins farfelues. Tour d’horizon des théories complotistes qui fleurissent ces jours ci sur Internet.

La plus évidente : un complot arbitral pour favoriser le Brésil

Advertisement

Pays hôte de cette Coupe du Monde 2014, le Brésil fait face depuis plusieurs mois à un climat social troublé. Nul doute qu’une élimination précoce de l’équipe brésilienne aurait contribué à mettre le feu aux poudres.

Du coup, de nombreux internautes s’interrogent sur la neutralité de l’arbitrage dans les matchs impliquant le Brésil. Surtout après le match opposant le Brésil à la Croatie. L’arbitre japonais Yuichi Nishimura, inconnu du grand public jusqu’à ce match, est désormais une cible de choix pour les internautes, lui qui s’est montré particulièrement clément avec la sélection brésilienne : un penalty imaginaire sur Fred à la 71è minute et un refus discutable de but aux Croates lui ont construit une solide réputation d’arbitre le moins impartial de ce Mondial 2014.

Brazil's Fred is fouled by Croatia's Dejan Lovren inside the area during their 2014 World Cup opening match at the Corinthians arena in Sao Paulo

Le site Médias-presse-info est de ceux qui croient dur comme fer à un complot visant à favoriser le Brésil. « Il y avait une telle pression et une telle attente qu’une défaite aurait été une catastrophe pour le pays et aurait provoqué une nouvelle vague de contestations, » peut-on lire sur le site. « L’arbitre japonais ne pouvait pas l’ignorer et il n’a pas su gérer l’enjeu et la pression, arbitrant favorablement le Brésil et se montrant impitoyable pour la Croatie qui avait encore moins de chances de faire un exploit. La moindre action un peu litigieuse peut s’arbitrer de deux manières : sévèrement ou avec indulgence. En accordant le but aux Croates, l’arbitre aurait pu compenser la première erreur mais il ne l’a pas fait pour une raison évidente : éviter le match nul. C’est d’une certaine façon une faute professionnelle et même si la FIFA l’a défendu publiquement, rien ne dit qu’il ne soit pas sanctionné en lui retirant l’arbitrage de match jusqu’à la fin de la compétition. »

Un avis que partage le journaliste sportif français, Pierre Menès, qui écrivait dès le lendemain du match sur son blog : « Ça fait des semaines qu’on nous rabâche que le climat social au Brésil est hyper tendu et que le pays a besoin, pour la tranquillité de tous, que la Seleçao soit forte. Des consignes dans ce sens auraient été données à l’arbitre de ce match d’ouverture que ça n’étonnerait pas grand monde. Monsieur Nishimura a pris deux décisions assez scandaleuses en seconde période qui ont fait basculer un match que les Brésiliens n’ont jamais eu en main ». À la fin de son billet, Menès exprime donc son inquiétude pour la suite de la compétition.

Et Menès n’a probablement pas été rassuré par le match Mexique-Cameroun. Deux buts ont été injustement refusés au Mexique pour des hors jeu imaginaires. Certes le Mexique a, quand même, gagné son match, mais le refus de ces deux buts a permis au Brésil de conserver la tête du groupe A.

La plus historique : un arrangement frauduleux entre l’Allemagne et les États-Unis

Demain, jeudi 26 juin, se jouent les derniers matchs du groupe G : l’Allemagne affronte les États-Unis tandis que le Portugal se mesure au Ghana. Les deux premières équipes, qui ont déjà 4 points, peuvent se contenter d’un nul. Elles auraient alors 5 points chacune, ce qui leur serait suffisant pour se qualifier, même si le Ghana ou le Portugal sort victorieux du 2è match.

Un arrangement frauduleux est donc envisageable, puisqu’il permettrait aux deux équipes de s’assurer une qualification. Comme l’explique le site français Rue89, la configuration est parfaite pour une combine puisque les Américains seront ravis d’accéder aux huitièmes de finale, même en deuxième position, et les Allemands de terminer premiers du groupe et d’éviter la Belgique au prochain tour.

Les complotistes se frottent les mains, d’autant que de nombreux éléments à charge confirment selon eux l’existence d’une magouille. Premièrement, Klinsmann, l’entraîneur des États-Unis est allemand. Deuxièmement, il s’entend très bien avec le sélectionneur allemand, Joachim Löw. Pire encore, Löw était l’adjoint de Klinsmann lorsque celui-ci entrainait l’équipe nationale allemande. Dernier argument irréfutable – du moins c’est ce que soutiennent les complotistes – 5 joueurs américains sont nés en Allemagne.

klinsmann_loew_201_1121239s-700x466

Le site Atlantico relaie ces accusations avec un vocabulaire particulièrement éloquent : « Histoire de vous faire partager mes doutes, saviez-vous que quatre joueurs américains sont nés en Allemagne et cinq membres de l’équipe US ont la double nationalité américano-allemande. Voulez-vous que je vous en raconte une bien bonne ? Oui ? Sachez également que Jürgen Klinsmann et Joachim Löw ont passé ensemble leur diplôme d’entraîneur. Que le premier a demandé au second d’être son adjoint en tant que sélectionneur de la Mannschaft de 2004 à 2006. Après la coupe du monde 2006, malgré une belle troisième place, Klinsmann décida de démissionner, contre l’avis de tous les dirigeants du football allemand. Mais comme tout ce petit monde se quitta en bon terme, le partant obtint que son pote, un certain Löw, lui succéda. »

Face à la rumeur grandissante, les principaux intéressés se sont sentis obligés de démentir. Le sélectionneur allemand a assuré que, bien que sa relation avec Klinsmann est très bonne, il n’a pas de « contacts fréquents » avec ce dernier depuis le début du tournoi.

De fait, Löw et Klinsmann se savent observés de près. En effet, le souvenir de 1982 est encore une plaie ouverte pour nombre de supporters allemands. À l’époque, l’Allemagne et l’Autriche avaient comploté pour éliminer l’Algérie. Le match honteux que les deux équipes avaient livré avait alors poussé la FIFA à changer les règles. Désormais, les deux derniers matchs de chaque groupe sont joués en même temps. Les possibilités d’arrangement frauduleux sont donc fortement réduites – mais pas inexistantes.

La plus récurrente : un complot contre les petites nations

Encore une fois, c’est le match opposant le Brésil et la Croatie qui a mis la puce à l’oreille des internautes complotistes. Avec une équipe nationale créée en 1991, la Croatie est une « petite nation » par excellence sur le plan footballistique. Et si, comme démontré ci-dessus, de nombreuses raisons expliquent la volonté de l’arbitre japonais de piper la match, les internautes y voient également la manifestation d’un complot contre les petites nations.

Théorie qui a refait surface quelques jours plus tard avec le match France-Honduras. Le joueur hondurien Wilson Palacios a été expulsé pour une faute sur Pail Pogba dans la surface, faute qui a ensuite permis à Benzema d’ouvrir le score sur penalty. Palacios a ensuite reconnu avoir commis une faute, mais a également estimé que la sanction prononcée par l’arbitre était injuste. « Comme le dit notre sélectionneur, il ne faut pas parler des arbitres. Mais pour moi, il y avait aussi rouge pour Pogba. Les petits pays sont-ils désavantagés ? Dans ce Mondial, je trouve que oui et la Croatie a eu le même sort contre le Brésil, » a-t-il expliqué à la presse hondurienne.

Groupe-E,France-Honduras-3-0

De nombreux acteurs du football issus précisément de ces « petits pays » croient dur comme fer à un complot contre leurs nations. C’est le cas notamment du sélectionneur algérien, Vahid Halilhodzic, qui a parlé de cette théorie dans les colonnes du journal belge Het Nieuwsblad quelques jours avant le match Algérie-Belgique. Évoquant le match entre le Brésil est la Croatie, il a souligné que « ce qui s’est passé est scandaleux ». « Ce sont toujours les grands pays qui sont favorisés, le Brésil, l’Angleterre ou l’Allemagne. Nous, l’Algérie, nous sommes un petit pays et nous nous interrogeons sur la façon dont nous serons arbitrés face à de grandes nations, » a-t-il ajouté, avant de conclure en disant qu’il craignait finalement plus l’arbitre que la sélection belge.

La défaite des Fennecs face  aux Diables rouges est elle une preuve supplémentaire de l’existence d’un complot contre les petits pays ? À ce jour, personne n’a relevé d’erreurs d’arbitrage flagrantes.

La plus retorse : un complot de grande ampleur pour faire gagner l’Argentine et favoriser la France

Le prix de la théorie la plus complexe, la plus retorse et la plus farfelue revient au site La Celeste, qui s’intéresse, comme son nom l’indique, à l’équipe uruguayenne. Un post, repéré par Slate.fr, explique longuement comment la FIFA a truqué le Mondial pour faire gagner l’Argentine et favoriser la France.

L’auteur en est intimement convaincu : « L’Argentine gagnera sa troisième Coupe du monde. Pas tant grâce à ses propres capacités qu’à travers le fait que d’autres équipes ont été honteusement handicapées ».

De nombreux arguments étayent son argumentation. En premier lieu, les groupes « ridiculement faciles » dans lesquels sont tombés l’Argentine et la France. Le blog souligne que, face au Nigéria, à l’Iran et à la Bosnie, les matchs de poules de l’Argentine se sont apparentés à une promenade de santé. Même chose pour la France, qui risque en plus d’affronter le Nigéria en 8è de finale – soit un boulevard jusqu’aux quarts.

Simple chance pour les deux équipes ? Loin de là. La Celeste accuse la FIFA d’avoir truqué le tirage au sort. Normalement, comme cela avait été décidé en 2006, c’est l’équipe européenne la moins bien classée qui devait hériter du « groupe de la mort » (groupe D). Mais, deux jours avant le tirage, le français Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA, a annoncé que, cette fois-ci, une équipe européenne choisie au hasard serait réaffectée dans un groupe mené par une équipe sud-américaine. C’est donc l’Italie, adversaire principal des Bleus, qui s’est retrouvée dans ce terrible groupe D, qui ne compte pas moins de 3 anciens champions du monde. Pire encore, La Celeste, analysant la vidéo du tirage au sort, remarque un élément suspect qui lui permet de prouver que Valcke a truqué, en direct et aux yeux de tous, la composition des équipes. Sur cette vidéo, on voit Valcke ouvrir les balles que d’anciens joueurs lui tendent, balles contenant les noms des pays participants. Mais, à plusieurs reprises, sa main gauche sort du champ des caméras pour récupérer un morceau de papier, que Valcke tient ensuite comme s’il était sorti de la balle. La preuve, irréfutable selon La Celeste, que le Français a pipé le tirage.

Deuxième argument utilisé par le blog pour étayer ses accusations : les conditions climatiques clémentes dont ont bénéficié l’Argentine et à la France. Comme le rappelle La Celeste, le nord du Brésil, tropical, est chaud et humide, tandis que le sud, où c’est l’hiver, offre des conditions bien plus agréables. Le climat est donc un facteur clé de ce Mondial. Or, l’Argentine et la France ont joué la plupart de leurs matchs au sud, tandis que leurs futurs adversaires s’épuisaient dans le nord. La Celeste donne ainsi l’exemple de l’Italie (plus grand rival de la France) : elle a joué contre l’Angleterre dans la fournaise de Manaus, contre le Costa Rica à Recife en plein après-midi, et contre l’Uruguay à Natal également à 13h heure locale. Dans de telles conditions, on voit mal comment les joueurs italiens auraient pu se qualifier pour les huitièmes de finale.

Troisièmement, La Celeste souligne le rôle essentiel dans ce complot de Julio Grondona, président de la Fédération argentine de football depuis 1979 et soutien indéfectible du président de la FIFA, Sepp Blatter. Selon le site complotiste, Blatter veut offrir un troisième titre mondial à son ami Julio, en remerciement de toutes ces années de soutien.

Une accumulation d’éléments rend donc le complot évident. « Coïncidence ? Hasard du tirage au sort ? Ne me faites pas rire. C’est impossible qu’une équipe ait autant d’avantages dans une Coupe du Monde par accident, » peut-on lire dans l’article de La Celeste.

Le site complotiste conclut son (très long) article en déplorant que la Coupe du Monde 2014, bien qu’impressionnante jusqu’ici, ne soit qu’une nouvelle démonstration du degré de corruption de la FIFA. Et La Celeste de prédire que la finale se jouera entre l’Argentine et le Brésil (60% de chances), entre l’Argentine et la France (30% de chances) ou entre l’Argentine et l’Allemagne (10% de chance si les joueurs allemands parviennent à vaincre tous les obstacles que la FIFA a placés sur leur chemin).