Depuis trois jours, l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) a lancé une offensive de grande ampleur en Irak. Gagnant du terrain dans le nord du pays, les combattants djihadistes, soutenus par les rebelles sunnites, marcheraient désormais sur Bagdad.

Géographie de l’offensive

À l’heure où nous publions cet article, les djihadistes de EIIL contrôlent les villes de Mossoul, Tirkit et Dhoulouiya. Cette dernière, située à 90 kilomètres de Bagdad, serait tombé aux mains de l’EIIL ce jeudi matin selon l’Agence France Presse (AFP).

Des combats sont toujours en cours à Samarra entre les forces rebelles et l’armée irakienne.

Par ailleurs, selon Radio France Internationale (RFI), l’armée irakienne serait en train de bombarder Tikrit, à 160 kilomètres de la capitale, contrôlée par EIIL depuis mercredi.

Les forces kurdes ont quant à elles pris le contrôle de Kirkouk, à 240 kilomètres au nord de Bagdad, afin de protéger la ville d’une attaque des djihadistes. « Nos forces ont achevé leur déploiement autour de la ville de Kirkouk et nous contrôlons désormais toute la ville », a déclaré le colonel Fateh Raouf, commandant de la 1ère brigade des Peshmergas, à l’AFP. Cette prise de contrôle a également été confirmée par le gouverneur de la province, Najmedinne Omar Karim. Les combattants kurdes d’Irak, de Turquie et de Syrie ont par ailleurs lancé un appel à la mobilisation, pour combattre l’avancée d’EIIL.

carte-irak-djihadiste-v3_0
Géographie de l’offensive
Radio France Internationale

La session d’urgence du Parlement irakien annulée

À la demande du Premier Ministre, Nouri al-Maliki, une session d’urgence du Parlement irakien devait avoir lieu ce jeudi, afin de décider de l’instauration ou non de l’état d’urgence dans le pays. Mais le nombre de députés présents (128 sur un total de 325) était insuffisant pour que le Parlement puisse siéger.

48 otages turcs toujours détenus à Mossoul

48 otages turcs sont toujours détenus au consulat de Turquie à Mossoul, dont le consul lui-même. Plusieurs réunions de crise ont été organisées aujourd’hui à Ankara. Selon RFI, « toutes les options, y compris militaires, ont été évoquées ». Officiellement, la Turquie a affirmé qu’elle ne négocierait pas avec les djihadistes. Toutefois, un contact aurait déjà été établi entre des officiels turcs et EIIL. La Turquie a de plus demandé l’aide de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) pour obtenir la libération des otages.

Réponses de la communauté internationale

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réuni ce jeudi à 15h30 TU pour discuter de la situation en Irak. Les conclusions de cette réunion n’ont pas été rendues publiques pour l’heure.

Une intervention américaine est d’ores et déjà évoquée. Le gouvernement irakien a ainsi proposé d’ouvrir son espace aérien pour permettre aux États-Unis de mener des frappes aériennes contre EIIL.

500.000 personnes déplacées

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 500.000 personnes auraient fui les combats dans la province de Ninive (dont Mossoul est la capitale). La Turquie, dont la frontière se trouve à un peu plus de 100 kilomètres de Mossoul, se prépare donc à accueillir une nouvelle vague de réfugiés. Mais pour l’heure, ces derniers se sont principalement dirigés vers la ville d’Erbil au Kurdistan irakien.

Notez cet article