Pour tenter d’endiguer la crise qui secoue la région de Ghardaïa depuis plusieurs mois, les autorités tentent une nouvelle approche. Le désormais ancien wali de la région est affecté à Tamanrasset et le responsable de cette dernière occupe ses nouvelles fonctions dans le M’zab depuis aujourd’hui.

«Il y a plusieurs indices d’une sortie imminente de la crise vécue à Ghardaïa », a déclaré M. Belaïz lors de la cérémonie d’installation du nouveau wali de Ghardaïa, M. Abdelhakim Chater, auparavant wali de Tamanrasset, rapporte l’APS. M. Belaïz a dit avoir donné des instructions « fermes » au nouveau wali  afin de mettre un terme « définitivement » à la situation vécue par la wilaya de Ghardaïa.

La décision de nommer un nouveau wali à la tête de Ghardaïa a été annoncée ce matin de samedi par la présidence de la République, au moment où le Premier ministre, Abdelmalek Sellal est arrivé sur place. Ce dernier est accompagné du ministre de la l’Intérieur, Tayeb Belaïz, du Garde des Sceaux, Tayeb Louh et du chef de la quatrième région militaire, le Général-Major Abderrezak Chérif.

L’absence, lors de cette visite, du général-Major Abdelghani Hamel, directeur général de la sûreté nationale, pose de vraies questions. Surtout que c’est la deuxième fois que l’ancien commandant de la garde républicaine rate le voyage de Sellal. En mars dernier, Hamel, n’avait pas fait partie du voyage du gouvernement. Il s’était rendu à Ghardaïa, seul, quelques jours après la virée de Sellal. Le corps de police est régulièrement mis en cause lors de ces évènements qui ont opposé les malékites et ibadites.

Essaïd Wakli

Notez cet article