Reporters Sans Frontières (RSF) a réagi ce jeudi 12 juin, dans un communiqué de presse, à la condamnation à deux ans de prison ferme pour Youcef, un algérien de 47 ans, pour « diffusion d’une vidéo de policiers ».

RSF demande « la remise en liberté immédiate de ce citoyen-journaliste »

Pour Reporters sans Frontières, les vidéos représentent des actes citoyens et prouvent « la participation des forces de sécurité aux affrontements communautaires ». Et si ce cas reste toutefois à être avéré, ces vidéos montrent en tout cas «  le laxisme » des policiers.

Pour l’organisation internationale, les autorités algériennes condamnent injustement, une fois de plus, la mauvaise personne. “Au lieu de sanctionner les coupables, parmi les forces de l’ordre, des infractions commises en marge des affrontements de novembre 2013, les autorités algériennes préfèrent utiliser l’argument de l’intérêt national pour condamner sévèrement un simple citoyen qui – en postant ces vidéos dont l’intérêt est indéniable – a fait un véritable travail d’information » estime Reporters sans Frontières.

Ainsi, dans son communiqué, l’organisation demande « la remise en liberté immédiate de ce citoyen-journaliste et la levée de toutes les charges qui pèsent à son encontre ».

Rappel des faits

Mardi 10 juin dernier, pour « publication de photos et de vidéos qui touchent à l’intérêt national », le tribunal de Ghardaïa a condamné un homme à 2 ans de prison ferme et à payer une amende de 100000 DA. Cet homme de 47 ans a cependant affirmé ne pas être l’auteur des vidéos, mais de les avoir simplement partagé sur sa page facebook. Sur les vidéos, on peut voir des policiers «  en train de commettre un vol ».

Cet évènement s’est déroulé en Novembre dernier, alors que Ghardaïa était soumises à des violences intercommunautaires. Depuis le 27 Mars, Youcef est en prison.

Notez cet article