Lors de la 103ème session internationale du travail qui se tient actuellement et depuis le 28 mai, l’Algérie a été classée parmi les 25 pays  qui seront étudiés par la commission de l’application des normes de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Après plusieurs plaintes déposées par le SNAPAP ainsi que par d’autres syndicats autonomes sur les violations des droits de travailleurs et les conventions internationales en Algérie ; et ce depuis 2001 , le bureau international du travail (BIT) a  décidé d’étudier  le cas de l’Algérie.

Advertisement

Le dossier de l’Algérie sera examiné lundi prochain par la  commission chargée de l’application des normes de l’OIT. La commission pourra alors demander à l’Algérie de prendre des mesures précises pour apporter une solution à un problème ou à accepter des missions ou l’assistance technique du BIT.

Dans un communiqué rendu public, le SNAPAP qui participe à cette session internationale du travail  a déclaré par le biais de son président, Rachid Malaoui,  que  » la prise en charge du cas Algérie en premier lieu par la commission des experts puis par la commission de l’application des normes de l’OIT permettra une étude fouillée en matière de non-respect du libre exercice du droit syndical et de non-conformité avec les conventions ratifiées par  l’Algérie ».

Lire la suite sur El Watan