Lu sur Le Temps d’Algérie

La venue du Real Madrid à Alger pour y défier un club local, à l’initiative de l’opérateur de téléphonie « Mobilis », risque de traîner encore faute d’un compromis entre les nombreuses parties prenantes, à moins que l’une d’entre elles n’accepte de faire quelques concessions.

« La difficulté réside dans notre incapacité à trouver une date qui arrange tout le monde » ont expliqué les organisateurs de ce match gala, lors de la conférence de presse, tenue spécialement à ce sujet, mercredi à Bab Ezzouar (Alger).

« Il était convenu que ce match se joue le 20 mai dernier, mais les clauses du contrat stipulaient que si le Real est qualifié pour la finale de la Ligue des champions, l’échéance devra être reportée à une date ultérieure » a expliqué Alberto Via, représentant de Mediapro, qui est le détenteur des droits d’image et d’organisation des matchs amicaux du Real

« Juste après la finale de Ligue des Champions, les joueurs du Real avaient rejoint leurs équipes nationales respectives pour préparer le Mondial, qui est actuellement en cours au Brésil. Donc, même pendant les prochaines semaines, il ne sera pas possible d’organiser ce match gala » a enchaîné Saâd Damma, le PDG de Mobilis.

Un retard qui risque de perdurer même après la fin de la coupe du monde car « les joueurs du Real auront droit à quelques jours de vacances avant d’attaquer la préparation de la nouvelle saison » a encore tenu à faire savoir Alberto Via.

« Il faudra tenir compte également de la reprise prématurée du Real, qui sera appelé à disputer deux super coupes : l’une contre le FC Séville et l’autre contre l’Atletico Madrid. Deux rendez-vous importants dans le calendrier surchargé du Real, qui feront retarder un peu plus le déroulement du match gala que nous attendons tous » a encore précisé le PDG de Mobilis.

« Alger n’est qu’à 1h30 de Madrid, par avion. Ce qui fait qu’à la fin de la saison écoulée, on aurait peut-être pu caser ce match gala entre deux rencontres officielles de Liga espagnole. Ce qui aurait convenu aussi bien à Mediapro qu’à Mobilis » a révélé Alberto Via.

« Malheureusement, Carlo Ancelotti avait imposé son veto, car tenu par l’obligation de résultats en championnat d’Espagne. Pour ainsi dire, il avait peur que la participation à ce match gala compromette ses chances de remporter le match suivant, en Liga. Chose que la presse locale et les supporters madrilènes ne lui auraient probablement jamais pardonné. Donc, il a refusé », a-t-il justifié.

Une excuse que beaucoup ont considéré « peu convaincante » pendant la conférence de presse, tenue mercredi, car Mobilis avait déjà « généreusement » indemnisé Mediapro et le Real pour ce match gala, faisant que ni Ancelotti, ni personne d’autre ne pouvait s’opposer à son déroulement. Sinon, ils n’auraient pas dû accepter d’être payés à l’avance contre un service qu’ils n’étaient pas sûrs de pouvoir satisfaire.

Lire la suite sur Le Temps d’Algérie

Notez cet article