Depuis quelques jours, le mondial a commencé, le Brésil accueille pour la deuxième fois dans l’histoire la plus grande manifestation sportive du monde ! La coupe du monde de Football, des citoyens des quatre coins de la planète sont venus vivre au cœur de cet événement, ils sont venus supporter leurs équipes favorites.

Pour la quatrième fois et la deuxième fois consécutive, l’Algérie participe au mondial suite à sa victoire au match barrage gagné face au Burkina Faso et pour cela tous les Algériens suivent de près et de loin le déroulement des matchs de l’équipe nationale Algérienne, là où ils se trouvent dans le pays, au brésil ou bien à l’étranger, ils sortent tous dégager leur joie après la victoire de leur équipe nationale qui représente l’Algérie.

La chose qui a attiré notre attention durant ce mondial, ce sont les médias, plusieurs chaines de télévisions algériennes et de pays arabes suivent cet événement de très près et surtout que l’Algérie est le seul pays arabe au mondial ! Donc d’après eux c’est leur représentant !

Plusieurs algériens qui ne sont pas arabes se sentent écartés par cet événement et trouvent cela injuste, du moment que l’Algérie est un pays nord-africain et ses origines sont amazighes « j’aime mon pays, l’équipe nationale de football, mais je ne comprends pas pourquoi les commentateurs de matchs, disent les représentants des arabes ! Et nous ? Nous ne sommes pas concernés ?  » Nous dit Mouloud Kaci, militant de la cause amazighe et vice-président d’une association culturelle en Kabylie. Quand on regarde la composition de l’équipe nationale algérienne de football il est facile à comprendre que la représentativité des amazighs est grande car au moins, huit joueurs dans cette équipe sont amazighs tel que Belkalem, Yebda ou Halliche ! Alors pour quoi la presse et en particulier les commentateurs disent « les représentants des arabes ?

Nous avons essayé de contacter quelques commentateurs de chaines de télévisions arabes. « Ecoutez, chaque média à un projet éditorial, et moi je ne suis qu’un simple journaliste, je commente le match, mais il y a des instructions et engagements claires que je dois respecter » disait notre interlocuteur joint par téléphone.

Les africains aussi ont exprimé leurs mécontentement pour la qualification de l’équipe nationale Algérienne, et cela n’est pas de la jalousie ni du racisme, et c’est pour la simple et unique raison, les joueurs et médias Algériens les ignorent toujours comme la déclaration du joueur algérien Sofiane Feghouli au micro de Bein sport : « Cette qualification est pour tous les algériens du monde, pour les arabes et tous les musulmans ». Ni les africains, ni les amazighs ! On se demande aussi pour quoi Nabil Ghilas le frère à Kamel Ghilas, l’ex-joueur de l’équipe nationale écarté pour avoir brandi haut le drapeau amazigh au Soudan après la victoire de l’Algérie face à l’Egypte, lisait le coran sur la ligne avant son entrée au jeu et le remplacement de son coéquipier, cela est nécessaire dans un match de foot ?

Dans tous les pays du monde, les gouvernements désignent des ministres de sport qui recrutent des sélectionneurs pour travailler librement, afin de développer le football dans leurs pays, et de faire plaisir pour leurs peuples, mais nous en Algérie, le sélectionneur est coaché par un général les changements se font par téléphone, et les amazighs sont privés de tout, même dans un match de la JSK, il est interdit de rentrer avec un drapeau amazigh, quel honte ! Finalement ce n’est pas du sport qu’on fait, on instrumentalise le football comme ils ont fait pour la culture avec Khalida Toumi pour servir des fins politiques et endormir le peuple.

Au même moment de la rencontre entre le représentant des arabes et la Russie, une réunion du gouvernement a été tenue avant-hier pour la révision de la constitution avec les partis politiques, et coup de théâtre, le FLN revendique l’officialisation de Tamazight afin d’endormir le peuple amazigh pour qu’il ne sorte pas dans la rue afin revendiquer son officialisation. Le peuple est heureusement conscient car un collectif d’associations vient de se constituer et son objectif est l’officialisation et la promotion de Tamazight.

Finalement le football est qu’un instrument, la fête de la victoire finira, le peuple continuera à vivre ses problèmes du quotidien et il se rendra compte que tout était qu’une seule épisode de son cauchemar, la manque de joie a provoquée en lui un excès d’amour pour son pays, comme à dit le regretté Lounès Matoub « Les masses populaires de tous les pays, aiment profondément leurs patries, mais c’est un amour réel, naturel, pas une idée, un fait ».

Massimo Amazigh