Air Algérie annonce des réductions sur ses billets d’avion, mais au guichet vous découvrez une autre réalité. Pourquoi ? La compagnie nationale s’est enfin décidée à expliquer que ses promotions ne concernaient pas tout l’avion. 

« Les promotions tarifaires lancées sur telle ou telle destination ne  concernent pas tout le vol, mais plutôt un nombre limité de sièges, soit 30  sièges par vol », a enfin expliqué à l’APS la directrice de la communication de la compagnie,  Mounia Bertouche dimanche 6 juillet. Une explication qui permet de comprendre pourquoi quelques jours après le lancement de leurs fameuses promotions, les billets étaient finalement proposés à des tarifs normaux.

Lire aussi notre article : Algérie : des billets d’avion pas chers cet été ? Revenez plus tard ! 

Il est vrai que par avion seulement une trentaine de places était réellement vendue au rabais, jusqu’à moins 50% parfois pour des départs entre le 22 juin et le 22 septembre. Les billets promotionnels se sont donc très vite envolés, d’autant plus que de nombreuses places avaient été réservées bien avant le lancement de ces offres. « Les promotions tarifaires sont généralement fixées en fonction du remplissage des avions, de l’offre et la demande et surtout en fonction du seuil de rentabilité qui assure la survie de toute société », avait de son côté expliqué le PDG d’Air Algérie Mohamed Salah Boultif.

« Les tarifs promotionnels d’Air Algérie, sont à l’image des offres appliquées par les autres compagnies dans le monde. Autrement dit, elles ne concernent pas tous les vols, toutes les destinations et tous les pays », a ajouté Mounia Bertouche pour justifier les pratiques commerciales de la compagnie. La directrice de la communication a également tenu à prévenir que ces billets avaient des conditions particulières notamment sur les modifications des billets.

Air Algérie répond aux critiques des voyageurs algériens aussi en Algérie qu’à l’étranger qui demandaient des baisses des tarifs durant l’été, période où les prix explosent sur les lignes aériennes.

La rédaction avec APS