Algérie : le jeûne, la canicule et les coupures d’eau…

0
375

En raison des coupures fréquentes d’eau, la panique gagne les citoyens algériens, désemparés et révoltés contre la Société des Eaux et de l’Assainissement d’Alger (Seaal).

Des perturbations dans l’alimentation en eau potable dans plusieurs wilayas du pays et même dans certaines communes de la capitale ont poussé les citoyens algériens à se révolter et à sortir dans la rue trimballant des bidons d’eau vides et menaçant de manifester.

Des citoyens révoltés, en colère contre les coupures d’eau qui ont persisté dans certaines wilayas du pays durant les premiers jours du mois du Ramadhan. Ils se sont insurgé contre une situation qui a trop duré selon eux. « En pleine canicule et durant les journées interminables du mois du ramadhan, il est inadmissible de rester sans eau et de se retrouver contraint d’aller remplir des bidons vides sous la chaleur caniculaire », s’est révoltée Zohra, une femme au foyer.

Dans certaines wilayas, des citoyens remontés ont envahi les directions d’eau et des APC et ont menacé de couper la route et de se mobiliser pour dénoncer cette situation chaotique dans laquelle ils se trouvent et qui leur pèse lourdement.

Ce scénario s’est reproduit dans plusieurs wilayas d’Algérie, où des contestataires ont gagné la rue pour faire entendre aux autorités leur cri de détresse et réclamer une issue immédiate à la crise d’eau qui les met sous pression.

Il est à noter que les coupures d’eau n’ont pas concerné uniquement les villages isolés et les zones recluses de l’Algérie, mais également des quartiers de la capitale.

Dans plusieurs wilayas, à l’instar de Khenchla, de Bouira, de Beskra, Adrar, Medea, Laghouat et Tizi Ouzou, les citoyens ont perdu patience face aux coupures d’eau qui sont devenues plus fréquentes depuis le début du mois sacré.

Pour se faire entendre et interpeller les autorités concernées, des protestataires ont investi la rue pour dénoncer le laxisme des autorités qui n’ont pas pris au sérieux ce problème. « A l’origine des coupures, des pannes, ou des travaux lancés par la SEAAL sans aviser les citoyens », a déclaré un citoyen en colère.

Dans certaines wilayas comme Medea, certains quartiers n’ont pas d’eau depuis deux semaines, une situation intolérable, de l’avis de plusieurs habitants, notamment en cette période.

Dans une déclaration au quotidien d’information arabophone El Khabar, le directeur général de l’Algérienne des Eaux Abdenour Aït Mansour a affirmé que « le manque d’eau de pluie est la raison des nombreuses coupures d’eau dans certaines wilayas à l’est et les hauts plateaux ». Il a déclaré que pour résoudre ce problème, les services de la SEAAL agissent différemment avec chaque wilaya. Se voulant rassurant, le responsable a affirmé que « la SEAAL prend très au sérieux ce souci qui inquiète les citoyens et que les quartiers qui connaissent plusieurs coupures seront continuellement alimentés en eau potable grâce au camion-citerne.

Nourhane S.