Les autorités algériennes ont décrété ce mercredi une minute de silence pour rendre hommage aux victimes palestiniennes de la bande de Gaza. Cet hommage sera rendu jeudi à midi.

Solidaires du peuple palestinien, les Algériens se recueilleront jeudi à la mémoire des plus de 1.200 habitants de la bande de Gaza, victimes des bombardements et de l’assaut terrestre israéliens depuis 22 jours. Les autorités algériennes, conspuées par une partie de la population pour ne pas suffisament venir en aide aux Palestiniens, ont décidé qu’une minute de silence sera observée sur tout le territoire national jeudi à midi à la mémoire du millier de morts gazaouis. Sur les lieux de travail, les salariés interrompront également durant 5 minutes leurs activités pour rendre hommage aux victimes de l’agression israélienne.

Advertisement

« Les autorités du pays ont décidé d’une minute de silence jeudi à 12 H et 5 min de cessation de toutes activité dans l’ensemble du territoire national, des secteurs public et privé, aux victimes palestiniens de Gaza et en solidarité avec le peuple palestinien », indique ainsi une source gouvernementale à l’APS ce mercredi.

« L’observation de la minute de silence et des 5 min d’interruption des activités se fera à l’extérieur de l’ensemble des entreprises, institutions et autres organisations », précise cette même source.

La décision des autorités algériennes intervient alors que les habitants de la bande de Gaza ont connu une nouvelle journée sanglante de combats. A peine l’Aïd el-Fitr célébré, les Palestiniens ont vu s’abattre sur eux un déluge d’obus israéliens. L’un d’eux a atteint mardi soir la seule centrale électrique du territoire placé sous blocus depuis 2005, plongeant ainsi dans le noir la population. Ce mercredi, 67 civils ont perdu la vie. Parmi eux 16 enfants, qui avaient trouvé refuge dans une école de l’UNRWA, l’agence des Nations unis pour les réfugiés palestiniens, située dans le camp de Jabaliya. L’école onusienne a été bombardée par un char israélien, indique des services de secours palestiniens et l’UNRWA.

Plus de 1.200 morts et 7.000 blessés palestiniens

Ces attaques portent le bilan humain total à 1.290 morts, dont plus de 230 enfants, et 7.200 blessés depuis le début de l’agression israélienne sur la bande de Gaza le 8 juillet dernier. L’armée israélienne dénombre de son côté 53 pertes. Soit le plus grand nombre de pertes dans les rangs de Tsahal depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006.

L’opération militaire au sol et dans les airs de l’armée sioniste a également contraint des centaines de familles à de déplacer dans les limites de cette enclave, appauvrie, surpeuplée et sous blocus, pour fuir les lieux de combats. Ainsi plus de 215.000 Palestiniens de la bande de Gaza, soit plus d’un habitant sur huit, ont été chassés de chez eux et vivent dans des conditions très précaires dans 83 écoles gérées par l’UNRWA, selon des estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La rédaction avec agences