La terrasse du Nouba Club, à l’hôtel Aurassi, a ouvert ses portes pour vous accueillir durant les soirées ramadhanesques, l’occasion pour elle d’inviter sur scène une étoile montante de la musique algérienne: le groupe Freeklane. 

Cette année, le Gaada Nouba représente sans aucun doute l’endroit à ne pas manquer pour les adeptes de musique locale. En invitant exclusivement des artistes comme Cameleon, Triana d’Alger, Cheikh Sidi Bemol ou encore Gaada Diwane Bechar, la kheima marque son intérêt pour les musiques algériennes en tout genre.

mardi, c’est le groupe de musique de variété Freeklane qui se produisait sur scène, offrant aux spectateurs une prestation des plus agréables. Si l’ambiance était au départ timide, les cinq musiciens et le vocaliste, Chems Eddine Abbacha, se sont vite rattrapés en interprétant, notamment, leurs titres phares à savoir Lala Mira ou encore Bent El Soltane. Le public était alors au rendez vous chantant et dansant selon les rythmes des différentes sonorités.

En effet, ce qui fait le succès de Freeklane c’est cette diversité musicale et leur capacité à changer d’univers selon les chansons. Lala Mira, par exemple, est composée de musique sahraouie algérienne et Ya el madani de sonorités africaines alors que d’autres chansons comme Awah awah ou Bent el Soltane ont vraisemblablement hérité du style chaâbi et comportent même des traits de musique marocaine. Au delà de la richesse des mélodies, Freeklane c’est aussi et surtout un profond lyrisme. Les paroles sont, le plus souvent, inspirées d’histoires d’amour et d’échanges humains, ce qui assure une proximité avec les fans.

En attendant, la création d’un second album, Freeklane continue à s’imposer sur la scène musicale algérienne en faisant une tournée nationale. Cette dernière est, par ailleurs, particulièrement chargée durant ce mois de Ramadhan où plus de 16 scènes leur ont ouvert leurs portes.

Alger : Freeklane met le feu au Gaada Nouba
Notez cet article