Il n’ a pas encore été officiellement nommé sélectionneur de l’Algérie. Mais en coulisses, Christian Gourcuff agit déjà comme l’entraîneur de l’équipe nationale.

Moins d’une semaine après le départ officiel de Vahid Halilhodzic, malgré les insistances du public algérien et du Président Abdelaziz Bouteflika en personne, l’Algérie est officiellement à la recherche d’un guide. Le remplaçant de coach Vahid, qui a hissé les Verts jusqu’en 8è de finale de la Coupe du Monde pour la première fois de leur histoire, ne sera pas connu avant le 19 juillet et la prochaine réunion du bureau fédéral de la Fédération algérienne de football (FAF). Un rendez-vous qui devrait mettre fin à un faux suspense.

En effet, s’il n’a pas encore formellement été présenté comme le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale, le Breton Christian Gourcuff occupe déjà ce poste en coulisses, selon plusieurs sources médiatiques. Rappelons que l’ex-entraîneur de Lorient, club qu’il a quitté en mai dernier après l’avoir encadré durant plus d’une vingtaine d’années, a fait le voyage au Brésil en compagnie des Verts.

Depuis son retour du Brésil, le technicien français de 59 ans, dont la seule expérience à l’étranger jusqu’alors date de 2002 et une saison au Qatar (Al-Gharrafa), réfléchit aux contours de son futur groupe. Ainsi, selon le site d’information Africa Top Sports, le père de Yoann Gourcuff envisage de mettre en place son schéma tactique favori, le 4-4-2. Pour cela, le probable futur sélectionneur de l’équipe d’Algérie pense à mettre deux attaquants au lieu d’une seule pointe. Et l’avant-centre qui pourrait venir épauler Islam Slimani, auteur d’un brillant parcours au Mondial 2014, n’est autre que Ishak Belfodil. Non retenu par Vahid Halilhodzic pour la Coupe du monde au Brésil, le joueur de Livourne pourrait revenir en sélection nationale grâce à Christian Gourcuff.

« L’animation offensive des Verts est vraiment excellente. J’ai vu de très belles choses aujourd’hui mais je pense qu’il manque un autre attaquant de pointe. Les occasions ratées sont nombreuses et ce n’est pas normal que l’Algérie rate autant d’occasions. Dans un match, il faut marquer des buts, c’est pour cela que l’Algérie n’a pas battu l’Allemagne. S’il y avait eu un autre attaquant de pointe, les Verts se seraient imposés », a confié Christian Gourcuff, dans des propos rapportés par Africa Top Sports.

Notez cet article