Si vous êtes passés à Bab El Oued depuis le début du Ramadhan, vous n’avez pas pu manquer le grand chapiteau blanc installé sur le front de mer, près du Boulevard du Colonel Abderahmane Mira. Depuis le début du mois sacré, ce sont près de 700 personnes qui s’y retrouvent chaque soir pour partager le ftour. La majorité sont des gens dans le besoin originaires de Bab El Oued ou de la Casbah, mais on trouve également des réfugiés syriens, des gens de passage et des travailleurs expatriés qui ne peuvent célébrer la rupture du jeûne avec leurs familles.

À l’intérieur, l’ambiance est plutôt silencieuse malgré le nombre impressionnant de tablées. Certains sont venus chercher leur ticket à l’accueil dès 13h, d’autres ne sont arrivés qu’à l’ouverture du chapiteau à 18h, mais quasiment plus personne ne rentre 45 minutes avant le coucher du soleil. L’attente se fait religieusement, presque sans un mot. Et puis, lorsque l’image de l’imam récitant la prière du soir apparaît enfin sur les écrans des télévisions installées sur les côtés de ce vaste espace, d’un seul geste chacun commence à servir son voisin en boisson gazeuse, salade, bourek, chorba et autres spécialités algériennes. Le repas est vite avalé, et à peine une demi-heure plus tard le chapiteau s’est complètement vidé.

Après avoir savouré la première cigarette de la journée, une centaine de bénévoles débarrassent tranquillement les tables, avant de s’attaquer dans la bonne humeur à la vaisselle. Pour tous ces volontaires, étudiants, salariés ou retraités, Ramadhan rime forcément avec charité et partage. Certains d’entre eux sont des employés de la société Henkel, qui a mis en place cette opération afin de venir en aide aux plus démunis. Chacun semble se retrouver dans cette initiative, et tous reviendront dès demain pour préparer, servir ou simplement partager un repas tous ensemble.

Kheïma “Qaâdat Pril-Isis L’El Kheir”, front de mer à Bab El Oued, de 18h à 21h tous les soirs jusqu’à la fin du Ramadhan.

Notez cet article