« Mettre fin à l’épidémie de Sida est possible » d’ici 2030, annonce l’ONU.

C’est la phrase que des millions de personnes contaminées à travers le monde entier attendaient depuis des années, des décennies pour certains. Mercredi, le directeur exécutif de l’Onusida, le programme des Nations unies qui coordonne les actions des agences de l’ONU dans la lutte contre la pandémie du VIH, Michel Sidibé s’est fait le porte-voix de la bonne nouvelle. « Mettre fin à l’épidémie de Sida est possible », a-t-il affirmé à l’occasion de la publication mercredi du rapport annuel de l’Onusida. « Si nous accélérons l’ensemble de la mise à niveau en matière de VIH d’ici à 2020, nous serons sur la bonne voie pour mettre fin à l’épidémie d’ici à 2030. Sinon, nous risquons de prolonger le temps qu’il faudra, en ajoutant une décennie voire davantage », souligne le patron de l’Onusida.

D’où vient cet élan d’optimisme ? Des statistiques divulguées dans ce rapport. Selon l’ONU, le nombre de morts du Sida dans le monde en 2013, de l’ordre de 1,5 millions de malades, a chuté de 11,8%  par rapport à l’an passé. Soit la plus importante baisse de disparitions dues au Sida enregistré par l’ONU depuis le pic de 2005. Au cours des dix dernières années, le taux de décès liés au virus du Sida a même plongé de 35%.

Autre chiffre qui laisse espérer une extinction du VIH dans les prochaines années : la baisse du nombre d’infections. 2,1 millions de personnes dans le monde ont contracté le virus du Sida en 2013 contre 2,2 millions l’an passé. Le taux mondial de nouvelles contaminations poursuit donc sa dégringolade, baissant de 27,6%  depuis 2005. Dans le détail, le nombre d’enfants contaminés a lui aussi connue une sensible diminution en 2013, passant de 270.000 à 240.000 enfants touchés par le VIH.

A cela s’ajoute la générosité des donateurs qui ne désemplit pas malgré la crise. En 10 ans les fonds alloués à la luttre contre le Sida ont explosé. 19,1 milliards de dollars ont été consacrés au combat contre la pandémie du Sida contre « seulement » 4,6 milliards en 2005. Mais cela reste encore insuffisant pour organiser une véritable riposte au VIH, avertit l’Onusida, qui évalue les besoins entre 22 et 24 milliards de dollars par an.

Mais la victoire sur le virus du Sida est encore loin d’être acquise, nuance Michel Sidibé. Encore « 22 millions de personnes n’ont pas accès à un traitement salvateur », alerte-t-il.

Retrouvez notre dossier spécial « Sida en Algérie » ici