Indemnisations des victimes, répartitions de lotissements à bâtir et des dizaines de millions de dinars au profit du développement local. C’est là en substance le gros des décisions que contient la nouvelle « feuille de route » du gouvernement pour régler la crise de Ghardaïa.

Le plan a été dévoilé, lundi, par le secrétaire général du ministère de l’intérieur, Ahmed Adli, en déplacement dans cette wilaya. «L’Etat a mis en place, en collaboration avec les acteurs locaux concernés, une série de mesures concrètes visant à effacer définitivement les stigmates des évènements qu’a connus Ghardaïa depuis plus de huit mois », a déclaré le responsable cité par l’agence APS.

Parmi les mesures annoncées, Adli a cité la mise en place d’un programme d’urgence pour Ghardaïa, doté d’une enveloppe de plus de 2,5 milliards de dinars. Un programme d’envergure visant à concrétiser les décisions du gouvernement, a été lancé et se décline en plusieurs axes, notamment « la délimitation de 30.000 lots de terrain devant servir à l’habitat individuel sur 57 sites répartis entre les 13 communes de la wilaya », « l’implantation de lotissements ruraux », « la réhabilitation des habitations et commerces ainsi que les édifices et autres structures affectées durant ces événements». «Le développement socio-économique de la région de Ghardaïa visant à améliorer le cadre de vie du citoyen et à assurer la croissance de la wilaya, ne peut se concevoir sans la participation de tous les citoyens dans un climat de concertation, de cohésion sociale, de quiétude et de sérénité », a assuré Ahmed Adli, cité par les mêmes sources.

Les événements que vit la wilaya de Ghardaïa depuis 9 mois ont provoqué la mort de 10 personnes et des dizaines de blessés. 881 habitations et 548 locaux commerciaux ont été touchés. Leurs propriétaires et les familles de victimes seront également indemnisés. Est-ce suffisant ?

 

Essaïd Wakli