L’hygiène manque cruellement aux commerçants algériens

0
349
Commerce Algérie
Commerce Algérie

Le Ramadhan est synonyme de consommation, et les commerçants en profitent pour commettre certains abus. D’après les services de répression de fraude, de nombreux commerces ne sont pas aux normes, notamment en termes d’hygiène. 

Durant les dix premiers jours du mois de Ramadhan, les différents contrôleurs relevant du Ministère du Commerce ont constatés 5.463 infractions aux règles de la qualité. Il a été, par conséquent, décidé de « l’élaboration de 5.291 procès verbaux d’infractions et la proposition de fermeture de 212 locaux commerciaux ». Les mêmes services ont permis la saisie de 47,24 tonnes de produits non conformes ou impropres à la consommation pour une valeur de 9,4 millions de dinars.

Parmi ces infractions, 46 % (soit 2.488) sont relatives à des défauts d’hygiène, ce qui représente donc le plus gros de ces affaires. En somme, beaucoup de commerçants n’investissent pas dans l’hygiène. Ce qui peut être remarqué dans plusieurs commerces à Alger ou ailleurs. Les autres infractions concernent la détention et la mise en vente de produits impropres à la consommation (700 infractions constatées, soit 13 %), l’absence d’autocontrôle (461 infractions, soit 8%), les défaut d’étiquetage (279 infractions, soit 5%) et la détention et mise en vente de produits non-conformes (240 infractions soit 5%).

Le contrôle des pratiques commerciales mené par les services du Ministère du Commerce a également révélé que beaucoup de commerçants n’affichent pas les prix des produits qu’ils proposent aux clients. Ainsi, sur 32.131 interventions, il y a eu « 8.149 infractions sanctionnées par l’élaboration de 7.685 procès verbaux à l’encontre des contrevenants et la proposition de fermeture administrative de 529 locaux commerciaux pour divers infractions ». Et le « défaut d’information sur les prix et les tarifs » représente le plus gros des infractions avec un taux de 58% soit 4.707 infractions. En somme, le commerce en Algérie est caractérisé par plusieurs problèmes notamment l’irrespect des règles d’hygiènes et le non étiquetage des prix des produits.

Elyas Nour