Mondial 2014. Allemagne Vs Brésil : qui sera le meilleur ce soir ?

0
283

Les jeux semblent déjà faits pour la demi-finale qui opposera le Brésil à l’Allemagne ce soir. Privée de sa vedette Neymar, la Seleçao aura bien du mal à vaincre la machine allemande emmenée par l’étonnant Müller.

Les Brésiliens tremblent. Ce soir, à 21h heure algérienne, leur équipe rencontre l’Allemagne en demi-finale. L’enjeu est de taille : le Brésil espère se qualifier pour une finale « à la maison » et, pourquoi pas, rapporter à ses supporters une 6e étoile.

Deux équipes au parcours sans faute mais sans éclat

Les statistiques de la FIFA placent les deux équipes au même niveau. 10 buts marqués en 5 matchs, soit 2 buts pas match, et un même pourcentage de tirs cadrés (70%). L’image ci-dessous résume les performances des deux équipes depuis le début de la Coupe du monde 2014 (à gauche le Brésil, à droite l’Allemagne).

Capture d’écran 2014-07-08 à 15.04.20
Capture d’écran du site de la FIFA

Les commentateurs sportifs notent quant à eux que ni le Brésil ni l’Allemagne n’ont pour le moment réalisé de coup d’éclat dans ce tournoi. L’Allemagne s’est certes qualifiée sans encombres, mais à part l’exploit face au Portugal, elle n’a pas brillé outre mesure. Le Brésil s’est également montré en petite forme, vainquant (presque) sans péril et triomphant (presque) sans gloire.

Quel peut donc être l’élément permettant de différencier les deux équipes et de se lancer dans d’hasardeux pronostics sur le vainqueur de ce soir ? La position de favori de l’Allemagne a un nom (un nom des plus banals, puisqu’il s’agit de la combinaison du prénom et du nom les plus répandus dans le pays) : Thomas Müller. À l’inverse, l’épine dans le pied du Brésil s’appelle Fred. Tout oppose les deux hommes clés du match de ce soir. Le premier ne cesse de marquer des buts mais est critiqué de toutes parts ; le second reçoit beaucoup de louanges mais n’a pas souvent mis le ballon dans les filets adversaires.

Fred : le pire attaquant de l’histoire de la Seleçao en Coupe du monde ?

Comme le relève le site Eurosport, « les statistiques disent de [Fred] qu’il est le pire avant-centre jamais vu en équipe du Brésil en Coupe du monde ». Titulaire lors des 5 matchs disputés par le Brésil, il n’a marqué qu’un seul but (face au Ghana), qui aurait dû être refusé pour hors jeu. Sa moyenne, 0,2 buts par rencontre, en fait donc « le pire avant-centre de toute l’histoire de la Seleçao en Coupe du monde » selon Eurosport.

Le journal brésilien la Folha de Sao Paulo, faisait ainsi remarquer dans son édition du 3 juillet que, « pour les Brésiliens, Neymar est le meilleur joueur de la sélection, Fred le pire ». Manque de chance, Neymar ayant dû quitter la compétition après s’être fracturé une vertèbre et en l’absence de remplaçant crédible, c’est à Fred qu’incombe la lourde tâche de mener son équipe en finale.

Mais si les performances et les statistiques de Fred sont peu convaincantes, l’attaquant brésilien peut compter sur le soutien infaillible de ses coéquipiers. « Fred, si vous lui mettez 50 fois le ballon devant le but, il marquera 51 fois », avait déclaré Neymar au début de la compétition.

Plusieurs anciens footballeurs brésiliens ont également pris la défense de Fred. Tous soulignent que, s’il ne parvient pas à marquer de buts, ce n’est pas de sa faute. « On ne peut pas reprocher à Fred d’avoir raté 20 occasions dans ce Mondial. Il ne touche même pas le ballon », a souligné Romario. Même son de cloche pour Careca : « Il faut davantage de mouvement autour de lui, ça manque de vie. Fred est un joueur très isolé sur le terrain, Hulk et Oscar par exemple jouent trop loin de lui. L’an dernier, on le trouvait. Cette fois, non. Il n’a pas changé ».

Le Brésil doit donc espérer que les milieux de terrain de la Seleçao passeront le ballon à Fred ce soir. Celui-ci pourra alors pleinement déployer son talent – s’il en a encore.

Müller : le vilain petit canard tient-il sa revanche ?

À l’autre extrémité du terrain, le talent de Müller pourrait bien emmener l’Allemagne en finale. Pourtant, le joueur du Bayern Munich est souvent décrié dans le milieu footballistique.

Le nombre de buts inscrits par Müller est impressionnant. Auteur d’un triplé contre le Portugal et du but de la victoire contre les États-Unis, l’attaquant allemand a marqué 9 buts lors de ses deux sélections en Coupe du monde. Lui qui n’affiche pas encore 25 ans peut espérer égaler – et dépasser – le record de 15 buts détenu pour l’instant par Klose et Ronaldo.

Pour autant, Müller n’est pas une star du football, comme peut l’être Neymar. Avant le Mondial 2010, il était presque inconnu du grand public. Même Maradona ignorait tout du Bavrois. L’anecdote est rapportée par le quotidien français Le Monde : « Après un match amical face à l’Allemagne, l’ancien sélectionneur argentin avait refusé de s’exprimer en conférence de presse tant que Müller, également là pour répondre aux journalistes après sa première sélection, était assis à la même tribune que lui. Il s’était ensuite excusé : ‘Je ne savais pas que c’était un joueur.’ »

Depuis, Müller n’a pas manqué de se faire remarquer. Mais beaucoup critiquent son jeu atypique, un peu rustre et pas forcément précis. Maradona (encore lui) ne semble pas non plus apprécier la physionomie de l’attaquant allemand, qu’il a surnommé « el Flaco » (le maigre) parce qu’il n’a « aucun muscle ».

Mais les critiques ne semblent pas atteindre Müller, qui se réjouit d’être « une pièce unique ». « On peut comparer certains dribbleurs, certains attaquants les uns aux autres, mais moi, qu’est-ce que je suis ? Quelqu’un qui interprète l’espace. Oui, je suis un interprète d’espace. C’est bien comme titre non ? » avait-il déclaré au Süddeutsche Zeitung.

La Coupe du monde 2014 pourrait donc marquer la revanche du vilain petit canard. Offensif, précis, manipulateur et endurant, Müller a impressionné les amoureux du ballon rond. Et il semble décidé à ne plus se laisser attaquer de toutes parts. Suite à la qualification de son équipe au détriment de l’Algérie, Müller a adressé un message à ceux qui évoquaient un match laborieux. « Je ne veux pas être champion du monde et devoir dire ensuite : désolé d’avoir gagné la finale avec un seul but d’écart. Les critiques fondées, nous les acceptions volontiers. Nous avons fait des erreurs sur le terrain. Mon on s’est cassé le cul contre l’Algérie pendant 120 minutes. Nous avons gagné un match qui était serré », a-t-il déclaré au quotidien allemand Bild.

Müller veut prendre sa revanche sur les railleurs et prouver au monde du football qu’il est un des attaquants les plus brillants de sa génération. Manque de chance pour la Seleçao, c’est ce soir que l’occasion lui est offerte.