Mondial 2014. L’Algérie, seule équipe à avoir fait trembler la machine allemande

0
595

La Nationalmannschaft a dispensé mardi soir une leçon de football dans l’enceinte du stade de Mineirao à Belo Horizonte. Qualifiée en finale aux dépends du Brésil, l’Allemagne s’est imposée 7-1. Au-delà de l’onde de choc provoquée par cette défaite de la Seleçao, l’incroyable score de la demi-finale d’hier soir invite à louer, une fois encore, la performance des Fennecs.

La résistance héroïque des Verts face à l’Allemagne, une performance applaudie dans le monde entier

Battue 2-1 par l’Allemagne en huitième de finale, l’Algérie est-elle la seule équipe qui a su faire trembler les Allemands pendant cette Coupe du monde ? Petit rappel des faits. Qualifiée pour un huitième de finale historique, les Fennecs ont dû affronter la redoutable équipe allemande. Officiellement, les supporters algériens étaient optimistes et voyaient leur équipe battre la Nationalmannschaft 2-1. Officieusement, beaucoup pensaient que les Fennecs allaient être dévorés tout cru par les hommes de Joachim Löw.

Autant dire que le match a surpris plus d’un supporter. Les Algériens ont si bien résisté qu’ils ont forcé l’Allemagne à jouer les prolongations. Pendant les 90 minutes du temps règlementaire, les Fennecs ont été extrêmement offensifs et ont imposé leur rythme à la rencontre. Ils se sont créés plusieurs belles occasions, malheureusement déjouées par l’impressionnant gardien allemand Manuel Neuer. Le gardien algérien a lui aussi montré une puissance de jeu fabuleuse, multipliant les pirouettes pour garder le but algérien inviolé. Tant et si bien que le match n’a pas duré 90 mais 120 minutes. Malheureusement pour les Verts, les Allemands, plus expérimentés, ont su profiter des prolongations pour marquer 2 buts. Malgré l’épuisement, les Algériens se sont battus jusqu’au bout de leurs forces, marquant même un but dans les dernières minutes du match.

Le lendemain, la presse nationale et internationale titrait plus sur la résistance héroïque des Algériens que sur la victoire des Allemands. Toute jeune équipe qualifiée sans que personne ne s’y attende, l’Algérie a réussi à marquer le Mondial 2014 en ayant fait trembler l’Allemagne.

Portugal, États-Unis, France et Brésil, des équipes impuissantes face à la machine allemande

À l’inverse, presque tous les adversaires de l’Allemagne dans ce tournoi ont été incapables d’enrailler la machine allemande. La domination de l’Allemagne a culminé hier soir face à un Brésil fantomatique.

Allemagne-Portugal : 4-0, une entrée de jeu remarquable. C’est le buteur Thomas Müller qui a donné l’impulsion initiale à son équipe. Lors du premier match de la Nationalmannschaft au Brésil, le joueur du Bayern Munich a réalisé un triplé qui a permis à l’Allemagne de dominer le Portugal, pourtant parmi les favoris de cette compétition, 4 buts à 0. Une rencontre « maîtrisée de bout en bout » comme l’écrivait Le Monde le lendemain du match.

Allemagne-États-Unis : 1-0, la force tranquille. L’Allemagne a certes moins brillé face aux États-Unis. Mais, malgré des conditions particulièrement difficiles (une pelouse détrempée par des pluies diluviennes), l’Allemagne a dominé calmement l’adversaire américain, qui ne s’est jamais vraiment créé d’occasions au cours de la rencontre. Grâce au but de Müller, l’Allemagne  a su éviter un scandale comparable à celui de Gijon en 1982, et est sortie sans trop se fatiguer en tête de son groupe à l’issue des phases de poules.

Allemagne-France : 1-0, le gardien fou de la Nationalmannschaft. La France n’a pas démérité face à l’Allemagne, mais les Bleus se sont heurtés à un adversaire redoutable : Manuel Neuer, le goal volant de la Nationalmannschaft qui réinvente le rôle de gardien de but. Stoïque et d’une exactitude à toutes épreuves, Neuer a arrêté les nombreux tirs cadrés des joueurs de Deschamps. Une précision frustrante pour les supporters français qui ont espéré jusqu’au dernier moment que leur équipe s’inspire des Fennecs et mette enfin le ballon dans les cages allemandes.

Allemagne-Brésil : 7-1, la plus large victoire de l’histoire des demi-finales de Coupe du Monde. La victoire de l’Allemagne face au Brésil se passe presque de commentaires. 7-1, un score jamais égalé en demi-finale de Coupe du monde. Le Brésil est effondré, l’Allemagne rêve de plus en plus d’une 4e étoile sur son maillot. Les joueurs de Joachim Löw n’a pas volé leur victoire : parfaitement organisée en défense comme en attaque, la Nationalmannschaft a construit chacun de ses buts avec minutie. Les quelques occasions offertes aux Brésiliens se sont, une fois encore, heurtées au redoutable Manuel Neuer.

Un autre résistant africain : le Ghana

Ne soyons pour autant pas trop chauvins. Le match de l’Algérie était héroïque, mais les Fennecs ne sont pas les seuls à avoir titillé l’Allemagne. En phase de poules, le Ghana a réussi à tromper deux fois la vigilance de Neuer et à arracher le nul. À l’issue de la rencontre, Radio France Internationale évoque un match « parfois fou », une Nationalmannschaft « longtemps mollassonne » et une deuxième mi-temps au « rythme infernal ». Le site Cameroovoice est même allé jusqu’à qualifier la rencontre de « véritable publicité pour le football ».

Comme les Algériens, les Ghanéens ne pensaient pas tenir tête au géant allemand. Les exploits algérien et ghanéen ont eu le mérite de prouver que, dans les années à venir, il faudra compter sur l’Afrique pour semer le trouble sur la scène footballistique, jusqu’à présent dominée par l’Europe et l’Amérique latine. Comme le note le magazine Slate.fr, le continent africain devra cependant trouver un remède à l’inexpérience qui caractérise souvent ses équipes. Des sélections cohérentes, avec des joueurs qui se connaissent bien et ont l’habitude de jouer ensemble, voilà ce qui a manqué à l’Algérie et au Ghana pour venir à bout de l’ogre allemand. C’est également ce qui explique l’échec de la Côte d’Ivoire en phase de poules et du Nigéria en huitième de finale. La mauvaise gouvernance des dirigeants sportifs est un autre problème que relève Slate, qui évoque « un environnement morale [déteignant] inévitablement sur la prestation des joueurs ».

Mais au-delà de ces failles, on retiendra de ce Mondial la capacité de certaines équipes africaines (l’Algérie et le Ghana en premier lieu) a déjoué les pronostics et à créer la surprise. On l’a dit, les équipes algérienne et ghanéenne ont été les seules à faire trembler l’Allemagne dans ce Mondial. Et c’est un immense motif de satisfaction pour tous les amateurs de football.