Festif et créatif, le festival Raconte-Arts revient pour la 11è édition du 5 au 11 août prochain. Organisée dans un village situé en Kabylie, la manifestation artistique prend cette année ses quartiers à Agoussim.

En 10 ans, le festival Raconte-Arts a bien grandi. La manifestation est née en 2003 autour d’une conversation entre trois amis : Hacène Metref, président de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi-Ouzou, Salah Silem, décédé depuis et Denis Martinez, artiste peintre exilé en France depuis 1994. Ce dernier cherchait alors à exposer ses oeuvres dans le pays où il est né en 1941. « Raconte-Arts s’est structuré autour de la volonté de présenter le travail de Denis. D’ailleurs, il est chaque année présent depuis », explique Hacène Metref, directeur du festival. La première édition est organisée en 2004, faisant la place à toutes les formes artistiques. Ce festival expérimental et underground se veut aussi populaire et fédérateur. Des animations nocturnes seront ainsi proposées au plus grand nombre : déambulation aux bougies, nuit du conte… Raconte-Arts remet aussi au goût du jour le Tajemait, le forum des villages kabyles.

Depuis dix ans, le festival anime les journées et les soirées des habitants des montagnes de Kabylie. Pour la 11 édition, Raconte-Arts pose ses valises à Agoussim, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, du 5 au 11 août prochain. A l’honneur cette année, la « chanson kabyle et d’ailleurs », souligne Hacène Metref. Outre des concerts et des spectacles, des conférences sur le thème de la chanson seront ouvertes au public durant la semaine. Cette année plus de 200 participants animeront Raconte-Arts, qui devrait accueillir pas moins de 2.000 curieux chaque jour, précise en dernier lieu Hacène Metref.

Notez cet article