Selon Hadj Tahar Boulenouar, porte-parole de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), les Algériens ont consommé durant la première quinzaine du mois sacré du Ramadhan plus de 5 millions de quintaux de fruits et légumes et plus de 400 millions de baguettes de pain.

S’exprimant lors d’une conférence animée, lundi dernier, au siège de l'organisation sur le thème "La vente de produits alimentaires sur le marché informel", le porte-parole de l'UGCAA a mis l’accent sur l’augmentation de la consommation de fruits et légumes depuis le début du mois sacré du Ramadhan. Faisant le bilan de la première quinzaine du mois béni, M. Boulenouar a indiqué que plus de 5 millions de quintaux de fruits et légumes et plus de 400 millions de baguettes de pain ont été vendus durant cette période.

Advertisement

Dans la foulée, le syndicaliste a déploré l’inconscience de certains citoyens mal informés qui se tournent vers les points de vente informels en raison des prix bas, en ignorant les dangers de leur comportement sur la santé publique étant donné que ces points sont loin de respecter les principes d’hygiène. Évoquant le risque d’intoxication alimentaire, le conférencier a rappelé que "plus de 80% des produits qui passent par le marché informel sont périmés et/ou contrefaits". Sur un autre plan, M. Boulenouar a dénoncé la complicité des boulangers dans l’amplification du phénomène de la vente du pain dans les rues et ruelles affirmant que ces derniers choisissent de leurs baguettes pour ces revendeurs à des prix plus élevés.

À ce propos, M. Boulenouar a accusé les APC de faillir à leur mission car "la préservation de la santé publique devrait être leur priorité", a-t-il expliqué en insistant sur le rôle des autorités locales qui "doivent jouer leur rôle de supervision et d’inspection de ces lieux".

Adhésion à l'OMC

S’agissant de l’adhésion à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), M. Boulenouar a déclaré que l'UGCAA soutient le gouvernement et se dresse contre le groupe d’importateurs bénéficiaires du monopole dans le commerce extérieur, qui tente d’exercer des pressions pour dissuader l'Algérie d'adhérer à l'OMC "pour préserver leurs intérêts". À ce propos, le porte-parole de l'UGCAA a affirmé que les prétextes avancés par les importateurs ne tiennent pas la route et que l’adhésion à l’OMC ne peut qu’être avantageuse pour l'Algérie dans le sens où les entreprises algériennes seront contraintes "d’être continuellement à jour et de proposer des produits en qualité et en quantités acceptables, voire concurrentiels". Dans ce sens il a déclaré que l'UGCAA "encourage le gouvernement et le ministère du Commerce pour qu’ils accélèrent le processus d’accession à l’OMC", a-t-il affirmé.

 

Nourhane S.