Lu sur Courrier d'Algérie

Malgré la volonté affichée par ce dernier de rester à la tête de la barre technique de l’EN et l’instruction ferme donnée, tout récemment, par le chef de l’État au président de la FAF pour maintenir le «successeur» de Rabah Saâdane, les jeux semblent être faits et la question tranchée, quelque part.

Advertisement

Qui est contre le maintien de Vahid Halilhodzic à la tête de la barre technique des Verts ? Le successeur de Rabah Saâdane dérange-t-il autant à tel point que «certains cercles» osent contrarier le président de la République qui s’est, pourtant, montré catégorique sur ce sujet dernièrement, en soulignant que ce dernier «devait rester »? Au cours d’une audience avec le patron de la FAF, Mohamed Raouraoua, et Vahid Halilhodzidc, après le retour des «Guerriers du désert» du Brésil, le chef de l’État a clairement dit en effet qu’il était contre le départ de l’actuel coach. «Vahid doit rester avec nous.

C’est une grande équipe que nous avons», a déclaré Bouteflika. Il s’agit donc d’une décision «irréversible ». D’autant plus que Halilhodzic donnait l’air de vouloir continuer son «aventure » avec les coéquipiers de Bougherra. Le sourire arboré suite aux déclarations du Président en dit long sur ses intentions. «Ça n’a pas été toujours facile, mais il faut continuer sur cette dynamique.

Grâce à notre jeu, nous sommes devenus les chouchous des Brésiliens», a-t-il dit. En d’autres termes, Halilhodzic laissait entendre, en parlant de «continuité», qu’il était disposé à rester avec les Verts. Mais, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui était en visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Batna, jeudi dernier, a surpris plus d’un lorsqu’il a indiqué que le Bosnien «n’était pas prêt à rester à la tête de la barre technique de l’équipe nationale ».

«En dépit des sollicitations du peuple algérien et du président de la République, Vahid Halilhodzic n’est pas prêt à renouveler son contrat», a-t-il déclaré. Avant de poursuivre : «J’ai discuté hier (mercredi dernier, ndlr) avec Halilhodzic et il n’est pas prêt à rester à la tête des Verts. Il semble vouloir changer d’air». Cela étant, le chef de l’exécutif a ajouté que ce dernier «n’a pas encore tranché, rester ou quitter la barre technique de la sélection algérienne».

Question : pourquoi le successeur de Rabah Saâdane veut-il «changer d’air» ? Le moins que l’on puisse dire c’est que celui-ci ne change pas pour le «plaisir». Bien au contraire, tout porte à croire que le Bosnien est poussé vers la porte. Il suffit juste de rappeler, dans ce sens, le bras de fer qui avait opposé ce dernier au patron de la FAF, quelques mois seulement avant le début du Mondial brésilien. Mohamed Raouraoua avait en effet du mal à cacher son mécontentement face un coach charismatique qui n’avait pas la langue dans sa poche.

Toujours dans le même ordre d’idées, de «mauvaises langues» affirment que le départ de Halilhodzic est tranché par des responsables français influents qui veulent, dit-on, imposer le sélectionneur Christian Gourcuff. Il convient de noter, pour rester toujours dans le même contexte, que Sellal avait indiqué, mercredi dernier, que « la Fédération algérienne de football a pris toutes ses précautions» en prévision d’un éventuel départ de l’actuel coach de l’EN. «La FAF est en contact avec un entraîneur français et les choses vont s’éclaircir durant les prochaines semaines», a-t-il fait savoir.

Lire la suite sur Courrier d'Algérie