Les entreprises chinoises sont très séduites par le marché algérien, caractérisé par un «grand potentiel», aussi «nous voulons travailler ensemble et gagner ensemble», a déclaré avant-hier après-midi Yang Yuanggu, nouvel ambassadeur de Chine en Algérie, reçu par Boualem M’rakech, président de la Confédération algérienne du patronat (CAP) au siège de la confédération à l’hôtel El Aurassi, Alger.

A cette occasion, M. M’rakech, louant la qualité des relations de sa confédération avec l’Empire du milieu et l’importance du partenaire chinois, a plaidé pour la diversification de ce partenariat dans un esprit de gain mutuel et profitable aux deux parties. Affirmant que «nous encourageons notamment les investissements», il appellera à développer les relations économiques actuelles entre les deux pays au-delà des échanges purement commerciaux, en les engageant davantage dans le sens de l’investissement.

En effet, le président de la CAP a souhaité développer les échanges entre les deux pays au-delà des liens commerciaux et promouvoir des relations de partenariat basées sur le transfert des technologies, du savoirfaire et de la formation de la ressource humaine.

D’autant plus, soulignera-t-il, que des secteurs stratégiques avaient été identifiés pour concrétiser des projets communs, notamment dans le bâtiment, les travaux publics et hydrauliques (BTPH) ainsi que celui des industries manufacturières. «Nous devons diversifier notre partenariat et la Chine est un grand pays avec qui nous devons coopérer», a indiqué M. M’rakech, tout en soulignant à ce sujet que «ce partenariat» doit être «bénéfique pour les opérateurs des deux pays». En effet, avec 4,04 milliards de dollars de ventes réalisées en Algérie, la Chine a gardé son statut de premier fournisseur de l’Algérie au premier semestre 2014, confirmant ainsi une position plus que confortable dans le marché algérien pour la deuxième année consécutive.

Lire la suite sur Le Jour d’Algérie