Le célèbre penseur et islamologue, Tariq Ramadan, a publié jeudi sur sa page Facebook un message destiné aux joueurs de l’équipe nationale algérienne. 

 

Il débute son message en montrant, une fois encore, son attachement à la liberté de culte de chacun. Pour lui, chaque individu doit pouvoir exprimer sa conviction comme il le souhaite, et, cela passe, entre autres, par la liberté des footballeurs musulmans de jeûner ou pas. A ce propos, il félicite d’ailleurs l’entraineur des Verts pour sa ténacité face aux journalistes. « Le sélectionneur algérien, Vahid Halilhodzic, brillant de franchise, était encore plus clair en menaçant de quitter une conférence de presse si on lui demandait encore si ses joueurs jeûnaient puisqu’il s’agissait d’une décision personnelle, de conscience et de corps ». Selon le philosophe, l’insistance des journalistes internationaux constitue une preuve que les démonstrations religieuses posent toujours problème. « Quand la pratique est visible, elle est toujours trop visible et quand elle est invisible, elle est trop invisible et suspecte » regrette-t-il.

Son message concerne ensuite la décision des joueurs algériens d’offrir leur primes de matches aux habitants de Gaza qui selon M.Ramadan « vivent dans une prison à ciel ouvert ». L’islamologue les en félicite, les remercie et estime que, pour cet acte de générosité, les fennecs mériteraient d’avantage de reconnaissance. « Cette équipe est sortie du Mondial 2014 avec les honneurs et elle rentre chez elle avec la dignité et la classe. Chapeau bas et respect. C’est de cela que l’on aimerait que les médias se rendent compte. Pour deux raisons : d’abord pour mettre en avant la dignité humaine de cette équipe et, ensuite, pour rappeler au monde le traitement indigne et inhumain auquel est soumise la population civile de Gaza ».

Ainsi, il désirait montrer le manque d’esprit critique de certains journalistes qui, accordant la priorité à l’acquisition d’informations sans s’intéresser au contenu de celles-ci, font preuve de « curiosité malsaine à la pratique religieuse des individus ». Enfin, il ne fait pas de doute pour le théologien qu’il « serait plus juste de mettre en avant la conscience humaniste de ces joueurs algériens qui n’oublient pas, alors qu’ils jouent au football, qu’en Palestine on tue des innocents, sans jouer ». Un humanisme souvent remis en question dans le domaine du sport.

Pour finir, Tariq Ramadan conclut en s’adressant directement aux joueurs « Vous avez mon respect, et mes prières, bien visibles. Vous nous avez donné de belles leçons, sportives autant que spirituelles et morales ».

Notez cet article