Au moins 14 soldats tunisiens ont été tués mercredi sur le mont Chaambi, près de la frontière avec l’Algérie, indique ce jeudi le ministère de la Défense tunisien ce jeudi. Ce bilan provisoire est déjà le « plus lourd depuis l’indépendance ».

Les affrontements entre l’armée tunisienne et les groupes djihadistes sont de plus en plus violents. Mercredi, au moins 14 militaires tunisiens ont perdu la vie lors d’une attaque « terroriste », confirme ce jeudi le porte-parole du ministère de la Défense.

« Le bilan passe à 14 morts et 20 blessés parmi les soldats et risque de s’alourdir », a déclaré à l’AFP le service de presse du ministère, qui précise : « Il s’agit du bilan le plus lourd à être enregistré par l’armée depuis son indépendance » en 1956.

D’après le ministère, l’attentat contre les forces tunisiennes a été perpétré mercredi au crépuscule alors que les soldats rompaient le jeûne du Ramadhan. Deux groupes « terroristes » ont ouvert le feu « à la mitrailleuse et au RPG » sur deux postes de contrôle de l’armée tunisienne, installés sur le mont Chaambi, à quelques kilomètres de la frontières avec l’Algérie, précise le ministère de la Défense tunisien.

Cette attaque « terroriste » intervient presque un an jour pour jour après un assault sur l’armée qui avait profondément choqué les Tunisiens. Le 29 juillet 2013, huit soldats tunisiens avaient été sommairement égorgés.

Avec cette nouvelle offensive « terroriste » contre l’armée tunisienne, la zone frontalière avec l’Algérie, où des dizaines d’hommes se sont cachés dans le maquis afin de destabiliser le régime post-Ben Ali, reste un territoire toujours aussi sensible. Depuis 2012, l’armée tunisienne traque des groupes djihadistes sur le mont Chaambi. Malgré les interventions aériennes et au sol régulières, l’armée tunisienne n’a jusqu’à maintenant pas réussi à déloger ces groupuscules affiliés à al-Qaïda.