Après quelques mois de tergiversations, l’ARPT (Autorité de régulation des postes et télécommunications) vient d’instaurer officiellement, depuis hier, la numérotation unique pour le GSM et la 3G. Le client intéressé n’est pas forcé d’avoir un second numéro pour pouvoir naviguer sur Internet (3G). Il pourra désormais associer la 3G à son ancien numéro GSM.

« L’Autorité de régulation informe les usagers de sa décision d’instaurer à compter du huit (08) juillet 2014, le principe de la numérotation unique en matière de téléphonie mobile de troisième génération (3G). L’usager disposant d’un numéro GSM désirant souscrire un abonnement à des services 3G pourra, en tant que nouvel abonné 3G, demander à conserver son numéro GSM ou choisir un nouveau numéro 3G », indique-t-on dans un communiqué.

Pour rappel, au lancement de la 3G à la fin de l’année dernière, l’ARPT avait refusé d’accorder cette numérotation unique aux opérateurs ayant acquis la licence 3G (Mobilis, Djezzy et Ooredoo). Ces derniers avaient instauré une double numérotation sur une même carte Sim. Quand quelqu’un voulait acquérir la 3G, il était dans l’obligation d’opter pour un second numéro même s’il conservait la même carte Sim. Certains avaient évoqué les craintes des autorités de faire face à des « cafouillages » dans les comptabilités des opérateurs pour ce qui est du GSM et de la 3G. « En concertation avec les opérateurs titulaires de licences 3G, l’Autorité de régulation a depuis lors œuvré à l’élaboration d’une solution permettant la séparation effective des revenus engendrés par chacune des licences GSM et 3G et la mise en œuvre du principe de la numérotation unique dans le respect de la réglementation suscitée et dans le souci de la protection des droits des consommateurs », ajoute-t-on dans le même communiqué.

Finalement, « tout abonné aux services de la téléphonie 3G souhaitant y conserver son ancien numéro GSM est tenu de conclure un nouveau contrat avec son opérateur, personnellement ou par procuration auprès des agences commerciales de l’opérateur ou de ses points de vente agrées ».

À noter en dernier lieu, « les opérateurs titulaires d’une licence de téléphonie mobile ne sont plus autorisés au delà du quinze (15) Août 2014 à inscrire deux numéros respectivement GSM et 3G sur une même carte SIM/USIM » et qu’ils « disposent d’un délai n’excédant pas six (06) mois à compter de l’entrée en vigueur de la présente décision pour mettre en conformité, avec cette dernière, la base de données de leur parc d’abonnés 3G ».

Elyas Nour

Notez cet article