Benyoucef Mellouk menacé de mort

0
518

Benyoucef Mellouk, l’ancien cadre du Ministère de la Justice, qui a fait éclaté, au début des années 1990 l’affaire dite des “magistrats faussaires”, ne cesse de subir des représailles.

Une vingtaine d’années après l’affaire des “magistrats faussaires” et des “faux moudjahidines”Benyoucef Mellouk n’est toujours pas à l’abri de représailles. L’homme vient ainsi d’affirmer qu’il vient d’être ciblé par des “menaces de mort” suite à ces plus récentes déclarations dans les médias à de cette même affaire, qui remonte aux années 1990, a-t-il avoué chez nos confrères d’El Watan ce lundi.

Pour rappel, Mellouk a récemment réagi aux propos du Ministre des Moudjahidines en poste, Tayeb Zitouni, qui a affirmé que la procédure d’identification des moudjahidines ne sera pas réouverte. “On est gouverné par un régime de bandits, de corrompus, de voleurs et d’assassins, qui ont assassiné Boudief et ruiné le pays. Au sein de ce système étatique, les faux moudjahidine occupent des postes clés, à toutes les échelles. L’État est donc juge et parti dans ce dossier, et c’est pour ça qu’il refuse de démasquer les faux moudjahidines. Même les authentiques moudjahidine préfèrent se taire, pour ne pas perdre leurs privilèges ! Mais moi je dénonce cette complicité coupable”, avait ainsi attaqué Benyoucef Mellouk, le 2 juillet dernier sur le site Algérie-Focus. Ce qui n’a, apparemment, pas été du goût de tous.

Menacé par un policier

Harcelé dans son quartier par “une bande de voyou”, l’ancien cadre du ministère de la Justice dit être allé se plaindre auprès de la police. Mais la réaction de l’un des policiers l’a encore plus choqué. “On fera l’enquête après ton assassinat. Je te conseille de voir une personne qui fera à ta place une Omra ou quitte ce bled clandestinement”, lui a-t-il lancé, soutient Benyoucef Mellouk. L’affaire des “magistrats faussaires” reste donc toujoursun sujet sensible.

Elyas Nour