24 heures après l’annonce du crash d’un avion ukrainien à environ 15 km de l’aéroport de Tamanrasset, où cet appareil, transportant des équipements pétroliers, effectuait une escale pour un contrôle technique, les recherches continuent sur le site de l’accident. Aucune des deux boîtes noires n’a encore été retrouvée.

Les opérations de recherches et d’investigations suivent leur cours sur le lieu du crash de l’avion ukrainien, de modèle Antonov an-12, qui s’est écrasé samedi au niveau de la localité de « Tagrembaït », située dans une région montagneuse, difficile d’accès, soit à environ 15 km de l’aérodrome de Tamanrasset. C’est de l’aéroport de cette ville de l’extrême sud algérien que l’appareil ukrainien, transportant du matériel pétrolier, s’est envolé aux alentours d’une heure du matin samedi, en direction de la Guinée Equatoriale, après avoir effectué une escale en Algérie pour un contrôle technique. L’avion s’est écrasé seulement 3 minutes après son décollage, tuant les sept passagers qui se trouvaient à bord.

Les deux boîtes noires de l’avion, qui aideront à déterminer les raisons de ce crash, restent pour l’heure introuvables. 24 heures après l’annonce de cet accident aérien, des éléments de la protection civile et des différents corps de sécurité ont été déployé dans la zone du crash, encadrée par un cordon de sécurité, afin de mettre la main sur ces deux boîtes noires. « Les opération de recherche des deux boites noires se poursuivent avec la coopération de tous les services et secteurs concernés pour déterminer les circonstances réelles de cette catastrophes aérienne », a ainsi indiqué samedi le ministre des Transports, Amar Ghoul, sur place.

Les familles des victimes bientôt en Algérie

Parti d’Alger dans l’après-midi pour s’entretenir avec les autorités locales et visiter le site du crash, situé à environ 15 km de l’aéroport de Tamanrasset, Amar Ghoul a également annoncé à son arrivée le début de l’idenfication des corps des sept victimes du crash de ce cargo. Comme nous vous l’avions annoncé hier, trois corps du personnel de bord ont été retrouvés entièrement calcinés, a ainsi confirmé le représentant du gouvernement, lors de son déplacement à Tamanrasset. En ce qui concerne les quatre autres victimes, des lambeaux déchiquetés de leur corps sont découverts progressivement par les enquêteurs algériens sur le lieu du crash, a ajouté le ministre.

Pour mener à bien cette opération d’identification, les familles des sept victimes du crash se rendront en Algérie prochainement afin de parachever les analyses de l’ADN des passagers de l’avion, a expliqué Amar Ghoul.

Rappelons enfin que le Procureur près de la Cour de Tamanrasset a ordonné samedi l’ouverture d’une investigation préliminaire pour faire toute la lumière sur les circonstances de cet accident.

Notez cet article