Le parquet de Tizi-Ouzou a publié lundi en fin d’après-midi les premiers résultats de l’autopsie du corps d’Albert Ebossé. Un communiqué, repris par El Watan, indique que l’attaquant de la JSK, décédé samedi soir à l’issue de la rencontre entre son club et l’USMA, a succombé à un « traumatisme causé par un objet contondant et tranchant provoquant une hémorragie interne ».

Un peu plus tôt dans la journée le président de la JSK, Mohan Cherif Hannachi, évoquait sur Ennahar TV la piste d’une crise cardiaque, mettant en doute la version selon laquelle Albert Ebossé a été tué par un jet de projectiles, tirés des tribunes du stade du 1er-novembre samedi soir par ses propres supporters.

« Sur le terrain, il a trop forcé. Quand on a vu la vidéo, on a vu qu’il est entré dans le tunnel et c’est à là qu’il a glissé. On lui a fait une autopsie. Un arrêt cardiaque, le dossier est chez le procureur. Je ne pense pas que ce soit une pierre qui l’a touché, parce qu’il est entré dans le tunnel et c’est là qu’il a probablement glissé », a ainsi déclaré Hannachi à Ennahar TV.

Mais le communiqué du parquet de Tizi-Ouzou, qui reprend les résultats préliminaires de l’autopsie réalisée sur la dépouille d’Albert Ebossé, indique que la mort du meilleur buteur de la saison passée « est due à un traumatisme causé par un objet contondant et tranchant provoquant une hémorragie interne ».

Le parquet confirme donc qu’Albert Ebossé, l’attaquant phare de la JSK, a été tué par un projectile. Une enquête a été ouverte afin d’identifier le ou les responsable(s) de la mort du joueur camerounais. Le parquet de Tizi-Ouzou a « instruit la police judiciaire d’exploiter tous les moyens légaux tels les enregistrements audiovisuels afin d’identifier le ou les mis en cause et les traduire en justice », peut-on ainsi lire dans le communiqué. L’enquête devra également déterminer « les circonstances qui ont permis au mis en cause de se procurer des pierres ou tout autre projectile et de les lancer sur les joueurs ».

Notez cet article