Rafik Chelli, directeur de la sécurité du chef de l’Etat en Tunisie sous Bourguiba et Ben Ali, a lancé un véritable pavé dans la mare. Selon cet ancien haut responsable tunisien,  grâce au Qatar et ses pétrodollars, pas moins de 5000 combattants islamistes sont entrés récemment en Libye. Et ces combattants conditionnés par la propagande djihadiste salafiste ont combattu auparavant dans les rangs de Daech, l’Etat islamique qui a été instauré dans une partie du territoire Irakien.

D’après la déclaration de Rafik Chelli au quotidien tunisien Attounisia, ces nouvelles forces islamistes vont permettre aux milices djihadistes en Libye de remporter des batailles précieuses et de renforcer leur contrôle sur une partie du territoire libyen. En bon connaisseur des enjeux actuels du Maghreb, il confie même que les groupes islamistes libyens envisagent d’envahir le sud tunisien afin d’y fonder un émirat islamiste dont la capitale serait le district de Ben Guerdane. D’après lui, le soutien qatari a été décisif pour le groupe islamiste d’Ansar al-charia qui se targue d’avoir d’ores et déjà fondé un émirat islamique dans l’est libyen, à Benghazi.

Il est à rappeler que les milices d’Ansar al-charia ont réussi il y a de cela une semaine à prendre le contrôle d’une importante base militaire de l’armée libyenne à Benghazi. D’intenses combats meurtriers plongent tout le pays dans l’insécurité depuis plusieurs semaines. La confusion politique empêche tout processus de paix et l’avancée des milices islamistes risque de faire basculer toute la Libye dans l’intégrisme religieux.