Pour les 28.000 pèlerins algériens concernés par le Hadj cette année, l’heure est aux préparatifs. Les premiers départs vers La Mecque auront lieu dans moins de deux semaines.

Air Algérie a annoncé dimanche 24 août que les premiers départs vers la Mecque auront lieu le 7 septembre prochain depuis Alger, Annaba et Oran. Les réservations sont ouvertes depuis dimanche. En tout, la compagnie aérienne nationale prévoit de transporter 16 000 pèlerins, grâce à 66 vols spécialement prévus pour le Hadj. 28 vols sont programmés depuis Alger, 9 depuis Constantine, 15 depuis Oran, 9 depuis Ouargla et 5 depuis Annaba.

Mais avant de s’envoler pour l’Arabie saoudite, les pèlerins doivent s’occuper de tous les détails pratiques qui faciliteront leur voyage.

Quelles sont les démarches à effectuer avant le départ ?

La première étape consiste à verser le montant de 256.000 DA auprès de l’agence locale de la Banque d’Algérie ou du bureau de poste le plus proche. Un reçu est alors remis au pèlerin. Ce montant permet de prendre en charge l’hébergement et le transport en Arabie saoudite ainsi que le pécule remis sur place au pèlerin.

Le pèlerin doit acheter et payer lui-même son billet d’avion. Le billet standard coûte 100 000 DA, le billet première classe 140.000 DA. Pour acheter leur billet, les pèlerins sont invités à se rendre dans l’agence Air Algérie la plus proche.

Le coût du Hadj cette année se chiffre donc à 356.00 DA par pèlerin, soit 100.000 DA de plus que l’année passée.

Le pèlerin doit également obtenir un visa pour le Hadj. Il doit pour cela fournir un dossier comportant son passeport biométrique électronique, un livret Hadj 2014, deux photos d’identité prises sur fond blanc, une copie de reçu de versement du pécule spécial Hadj, et l’acte de mariage ou tout autre document d’état civil attestant de la relation d’accompagnateur pour les femmes âgées de moins de 45 ans. À Alger, le dossier doit être déposé à la salle située rue du Docteur Saâdane, juste en dessous des escaliers menant au Palais du gouvernement, du samedi au jeudi de 8 H à 16 H. Les pèlerins ne résidant pas à Alger peuvent déposer leur dossier auprès de la direction de la réglementation et des affaires générales de leur wilaya de résidence. La délivrance du visa s’effectue généralement dans un délai n’excédant pas une semaine.

Pour le reste des démarches administratives, le pèlerin doit s’adresser soit à l’Office national du Hadj et de Omra (ONHO), soit à une des 45 agences de voyage privées agréées par le ministère des Affaires religieuses et des Wafks. Ce sont eux qui organiseront le pèlerinage aux lieux saints de l’islam.

Certains voyagistes ne fournissent pas d’assurance voyage au pèlerin. Auquel cas, il est important de souscrire à une assurance couvrant au moins le rapatriement médical et les soins médicaux d’urgence. Plusieurs compagnies d’assurances proposent des formules permettant également de s’assurer contre la perte de bagages et les retards de vol.

Vaccins et précautions sanitaires

Sur le plan sanitaire, le pèlerin doit effectuer des vaccins contre la méningite, le tétanos et la grippe. Par contre, aucun vaccin n’existe contre le coronavirus. Le pèlerin est donc tenu de respecter des règles élémentaires d’hygiène pour éviter l’infection : se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon, et utiliser des mouchoirs en papier à usage unique en cas de toux ou d’éternuement. Selon le vice-président du syndicat national des agences de voyage, les pèlerins doivent éviter, dans la mesure du possible, la promiscuité, et porter un masque de protection dans les endroits bondés. L’infection à coronavirus se traduit par un large éventail de maladies qui vont du rhume banal jusqu’à une atteinte respiratoire sévère. Dans certains cas, l’infection peut être mortelle. La prudence et la prévention sont donc de rigueur.

Notez cet article