Pour se rapprocher des anciens cadres de son parti, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Makri, organise des « visites de courtoisie ». Il renoue ainsi avec les cadres qui ont décidé de créer de nouvelles formations politiques.

Il y a deux jours, le président du MSP, Abderrezak Makri, a rendu visite au nouveau-né de la classe politique nationale, Harakat El-Binaa. Ce nouveau parti, qui vient d’être agréé, a été créé par d’anciens cadres du MSP, Mohamed El Mahdi et Ahmed Dane, deux figures proches du chef historique du Hamas, Mahfoud Nahnah.

Avec Harakat El-Binaa, ce sont au total 3 formations politiques qui ont émergé des cendres du parti créé par Mahfoud Nahnah en 1991.

En 2010 et après des années de luttes internes, Abdelmadjid Menasra avait fondé Ettaghyir (« Changement »), agréé officiellement en 2012. Le parti et son leader ont été approchés en 2012 par Makri en vue de reconstituer l’ancien parti symbolisé par Nahnah. En vain. L’ancien ministre de l’Industrie voulait s’affranchir de toute tutelle.

Autre responsable à s’être affranchi de son ancien parti : Amar Ghoul. L’actuel ministre des Transports a fondé son parti « Taj » (Tajamouaa Amal El Djazaïr) en 2012 pour pouvoir rester au sein du gouvernement que venait de quitter le MSP.

Avec cette visite à Belmahdi, Makri veut recoller les morceaux et reconstruire un parti qui ne cesse de se déliter depuis le décès de son chef historique en 2003.

Essaïd Wakli

Notez cet article