L’armée Israélienne s’est retirée, ce mardi matin, de la bande de Gaza. Cela à la faveur d’un cessez-le-feu de 72 heures, signé dimanche entre le mouvement Hamas et l’Etat hébreu. Un calme précaire est observé dans la bande de Gaza depuis l’entrée en vigueur de la trêve de trois jours et le retrait des troupes de l’armée sioniste.

Le porte-parole du Mouvement de résistance Palestinienne Hamas a affirmé qu’il acceptait la proposition égyptienne de faire une trêve de 72 heures, sans conditions préalables. De leur coté, les représentants de l’Etat sioniste ont également convenu d’observer cette trêve humanitaire et d’envoyer une délégation aux négociations du Caire (Egypte). Israël annonce ainsi le retrait de ses forces terrestres, qui ont fait leur entrée dans la bande de Gaza le 17 juillet dernier. La ville de Gaza faisait quant à elle l’objet de bombardements intenses depuis le 8 juillet. Ces raids aériens ont coûté la vie à environ 1 850 Palestiniens, parmi lesquels un grand nombre d’enfants et de femmes.

Cette décision de trêve a été saluée par le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon. Celui-ci presse les deux parties « d’entamer dès que possible des négociations au Caire, pour parvenir à un cessez-le-feu durable et traiter les problèmes à l’origine du conflit ».

Arezki IBERSIENE