L’Algérie semble être une obsession maladive pour le Ministre marocain des affaires étrangères,  Salaheddine Mezouar. Ce dernier n’hésite jamais à exprimer son hostilité contre l’Algérie dés qu’une opportunité  lui est offerte. Ainsi, ces derniers jours, le chef de la diplomatie marocaine s’adonne tout simplement à un langage insultant et hystérique. Preuve en est, celui-ci ne rate aucune occasion pour imputer tous les maux du Maghreb à l’Algérie.

Après avoir qualifié, il y a quelques jours, les actions diplomatiques algériennes, en faveur du Sahara Occidentale, de « minables »,  le  même ministre marocain des affaires étrangères revient à la charge, lors d’une interview accordée lundi au quotidien marocain Maroc Aujourd’hui , et accuse les autorités algériennes d’avoir « sacrifié les liens forts et historiques entre les peuples marocain et algérien, hypothéqué l’avenir de la région ». Le ministre marocain croit même savoir que les autorités algériennes « prennent en otage les cinq peuples maghrébins » et « entravent, ainsi, toutes les perspectives d’une coopération fructueuse pour faire face aux nombreux défis de la sécurité et de développement auxquels fait face de Maghreb « , dit-il.

Le chef de la diplomatie marocaine poursuit sa diatribe à charge contre l’Algérie en allant jusqu’à demander à « l’Algérie » d’assumer « devant l’Histoire, devant les générations futures et devant la conscience maghrébine la responsabilité de ce blocage », a-t-il déclaré sur un ton volontairement violent et hostile. Salaheddine Mezouar  a terminé son interview avec des termes aussi insultants, en invitant l’Algérie à «cesser de prendre ses fantasmes pour de la réalité ». Et en guise de conclusion, il affirme que son pays est déterminé à «faire face aux gesticulations déplacées, agissements improductifs et joutes verbales infructueuses auxquels l’Algérie nous a habitués ». A en croire donc le chef de la diplomatie marocaine, le royaume marocain n’a qu’un seul problème : c’est l’Algérie.

Arezki IBERSIENE

 

 

 

Notez cet article