Sollicitée, l’Algérie a-t-elle refusé d’intervenir militairement en Libye?

0
236

Contrairement à ce qui a été rapporté par de nombreuses sources médiatiques, l’Algérie ne souhaite pas intervenir militairement en Libye.  C’est du moins ce que révèle un haut responsable algérien, selon lequel l’Algérie avait déjà dit non à une intervention militaire de son armée en Libye en juin dernier, lorsqu’elle avait été sollicitée par des députés et des personnalités libyennes.

Sous le sceau de l’anonymat, ce haut responsable algérien a confié à l’agence de presse turque Anatolie qu’une délégation libyenne, composée de plusieurs députés et personnalités politiques, était venue en visite à Alger à la fin du mois de juin dernier pour rencontrer plusieurs dirigeants algériens. Ces acteurs politiques libyens avaient clairement demandé à l’Algérie de procéder à une intervention militaire sur le territoire libyen, afin d’aider le gouvernement de transition à défendre sa légitimité et imposer l’ordre à Tripoli. La délégation libyenne avait tenté, révèle la même source, de convaincre les autorités algériennes d’accepter le principe d’une intervention militaire contre les milices islamistes qui menacent la capitale libyenne, en leur assurant du soutien de l’ONU, de la Ligue Arabe, ainsi que de la France et des Etats-Unis.

Mais Alger n’aurait pas semblé convaincu par cette initiative. Les dirigeants algériens ont fini par dire non à une telle intervention militaire, même soutenue et appuyée par la communauté internationale. La délégation libyenne était donc repartie bredouille d’Alger, sans réussir à faire fléchir les décideurs algériens. Par ailleurs, mercredi, le quotidien El-Khabar a rapporté, citant des sources médiatiques libyennes, que  Mahmoud Jibril el-Warfalli,  l’ancien  président du Conseil exécutif du Conseil national de transition (CNT) libyen, s’était déplacé à Alger en fin de semaine dernière pour y rencontrer des responsables algériens. Il leur aurait demandé de jouer le rôle de médiateur entre les différentes factions et milices libyennes, en conflit depuis plusieurs semaines. Mais cette information n’a pour le moment pas été confirmée de source algérienne officielle.