L'Algérie a décidé de prendre des mesures pour prévenir du risque de la propagation de l’épidémie du virus Ebola. 

Selon une information reprise par l'APS, les services sanitaires de la wilaya de Tamanrasset ont décidé de prendre des mesures de prévention, notamment dans les zones frontalières, contre la propagation du virus Ebola. Des équipes médicales ont été mobilisées pour l’occasion. Des opérations de dépistages et de diagnostic seront menées au niveau de ces localités.

Advertisement

Ces décisions ont été prises après que cette épidémie se soit propagée à certains pays limitrophes. Le risque est encore plus grand dans le sud algérien dans la mesure où, étant donné la grande superficie du territoire et le mode de vie des populations locales, notamment des nomades, il est difficile d'établir un contrôle rigoureux de cette vaste région. C'est pourquoi le directeur par intérim du secteur de la santé de la wilaya de Tamanrasset, Mohamed Bika, a indiqué qu’un poste de contrôle sanitaire à l’aéroport de la ville a été mis en place. Par ailleurs, des équipes médicales composées de quatre médecins exerçant à Tin-Zaouatine, et trois autres à In-Guezzam, sont à l'oeuvre pour assurer la couverture sanitaire dans ces localités frontalières, indique l'APS. Une campagne de sensibilisation va être également menée en direction des voyageurs qui vont ou qui viennent des pays de l’Afrique de l’Ouest, où le virus fait des ravages. Selon le dernier bilan officiel, le virus Ebola a tué près de 1.000 personnes en quelques mois dans cette région africaine.

Un vaccin expérimental

Il ne s'agit que de simples mesures de précaution pour l'heure. Aucun cas de virus Ebola n’a été détecté jusque-là à Tamanrasset. L'organisation mondiale de la santé (OMS), qui a qualifié vendredi dernier cette épidémie d'"urgence de santé publique de portée mondiale", doit tenir une réunion la semaine prochaine pour examiner l'éventualité d'utiliser en Afrique de l'Ouest un nouveau vaccin expérimental, qui n’a jamais été utilisé auparavant sur les humains, le ZMAPP.

Elyas Nour