La nomination de Miloud Chorfi à la tête de l’autorité de régulation de l’audiovisuel n’est pas du goût de tout le monde. L’ancien candidat à la dernière élection présidentielle, Ali Benflis, considère que ce choix ne garantit pas «la partialité» nécessaire.

«Á un moment où le régime en place sature la scène politique nationale par les proclamations répétées de ses intentions d’élargir l’espace des libertés et des droits, cette nomination vient à contre-courant de toutes ces proclamations », écrit l’ancien chef de gouvernement dans un communiqué rendu public dimanche. Ali Benflis ajoute que «cette nomination contrevient de manière flagrante à tous les principes d’indépendance, d’impartialité et de neutralité sur lesquels devrait reposer la direction et le fonctionnement de cette autorité ».

Pour le Pôle des forces du changements, emmené par Ali Benflis, la nomination du député du RND Miloud Chorfi à la tête de l’autorité de régulation de l’audiovisuel « confirme la volonté (du pouvoir) de continuer à brider le droit à l’information qui est un attribut fondamental de toute société démocratique ».

Miloud Chorfi, ancien chef du groupe parlementaire du RND, a été nommé, samedi, à la tête de l’autorité de régulation de l’audiovisuel. Selon des indiscrétions, Chorfi a abandonné toutes ses fonctions précédentes pour se consacrer à sa nouvelle tâche.

Essaïd Wakli