L’une des deux boîtes noires de l’aéronef ukrainien, victime d’un crash samedi 30 août près de Tamanrasset, dans l’extrême sud de l’Algérie, a été retrouvée par les enquêteurs algériens, indique ce jeudi le ministère du Transport.

Il aura fallu cinq jours aux investigateurs algériens pour mettre la main sur l’une des deux boîtes noires de l’avion ukrainien, de modèle Antonov An-12, qui s’est écrasé dans la nuit du vendredi au samedi 30 août à quelques 15 km de l’aéroport de Tamanrasset, dans l’extrême sud de l’Algérie.

« Les membres de la commission d’enquête, mise en place par le ministre des Transports, Amar Ghoul, ont retrouvé une des deux boîtes noires de l’aéronef, à savoir l’enregistrement des paramètres du vol (flight data recorder) », précise le communiqué du ministère des Transports, cité ce jeudi par l’APS.

Sur place, les enquêteurs algériens s’emploient pour trouver la seconde boîte noire de l’avion ukrainien. L’analyse de ces deux pièces permettra de déterminer les raisons du crash, qui a causé la mort de l’ensemble des passagers, soit 7 personnes. L’identification des corps, dont trois ont été signalés comme étant entièrement carbonisés, a démarré, avait annoncé dimanche le département géré par Amar Ghoul. Pour parachever le processus d’identification, grâce à une analyse de leur ADN, les familles des victimes sont attendues en Algérie prochainement.

La commission d’enquête mise en place par Amar Ghoul sera épaulée par un groupe d’experts ukrainiens, qui fera le voyage jusqu’en Algérie au cours de la semaine prochaine, indique également le communiqué de presse du ministère.

Avec agence