L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé, tué le 23 août dernier à la fin du match perdu par son équipe à domicile face à l’USM Alger (1-2), a été atteint par une ardoise tranchante. C’est ce qu’a révélé le ministre des sports, Mohamed Tahmi.

Selon le ministre, le rapport établi par la commission d’enquête révèle que l’objet qui a touché Ebossé est « une ardoise tranchante » ramenée de l’extérieur du stade où des travaux sont en cours. Car, a-t-il expliqué, ledit rapport affirme qu’il n’y avait pas de travaux à l’intérieur du stade. « L’enquête avance bien et nous avons reçu un rapport très détaillé. Le dossier a été transmis à l’inspection générale du ministère de tutelle », a-t-il souligné. Et de mettre en garde les personnes et les instances chargées de faire la lumière sur ce drame : « La loi, toute la loi, doit être appliquée ».

Le meurtre de l’international camerounais a fait couler beaucoup d’encre vu les circonstances mystérieuses du drame. La tragédie a été largement commentée par les médias, tant nationaux qu’étrangers, et a fait le buzz sur le net. Des vidéos montrant Ebossé à l’entrée du tunnel à la fin du match, sain et sauf, ont envahi la toile. Une autre vidéo montrant un policier retirant un objet difficile à identifier au passage d’Ebossé devant lui à l’entrée du tunnel menant aux vestiaires a également été partagée sur les réseaux sociaux. Certaines chaînes privées sont même allées jusqu’à accuser des militants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) d’être les auteurs des lancements de projectiles à la fin du match.

Si la nature de l’objet ayant atteint le regretté buteur de la JSK a été révélée par le ministre des Sports, se basant sur les conclusions du rapport d’enquête, les circonstances de sa mort, elles, restent floues. Seuls les résultats définitifs de l’enquête et une communication officielle transparente pourront mettre un terme aux spéculations suscitées par ce drame.

Yacine Omar