Un jeune algérien a eu l’ingénieuse idée de faire le tour d’Algérie sur un vélo afin de sensibiliser ses compatriotes sur les accidents de la route et la nécessité de protéger l’environnement.

Norine Chouarfia, âgé de 35 ans et originaire d’Oran, a déjà parcouru plus de 2 000 kilomètres, entre le 20 décembre 2013 et le 10 janvier 2014, en reliant Oran à Bechar (Kerzaz) en aller et retour. Il compte effectuer prochainement un autre périple. Début octobre, le jeune homme va parcourir les 1 200 km du littoral algérien en arrivant jusqu’en Tunisie, a-t-il indiqué dans une déclaration à l’agence de presse officielle APS. Pour lui, le mot d’ordre est : « la protection de l’environnement, se libérer l’esprit, protéger sa santé et réduire les risques d’accidents de voitures ». C’est pour cela que Norine, qui a joint l’acte à la parole, a décidé d’abandonner tout autre moyen de transport. Il ne se déplace qu’en vélo. C’est écologique et cela réduit le risque d’accident grave. Ce jeune cycliste fait entre 140 et 160 km par jour. Une véritable prouesse. Au-delà de l’effet de sensibilisation des algériens à l’environnement et à la sécurité routière, l’aventurier veut aussi démontrer qu’on peut voyager entre les villes du pays en toute tranquillité.

Norine Chouarfia se déplace même la nuit sans le moindre risque. « Quand je roule en vélo et que je me retrouve au cœur de mon parcours tracé, je me dis que je dois réussir mon défi, aller jusqu’au bout de mon itinéraire et surpasser tout obstacle ou contrainte », explique-t-il. Il est à rappeler que les routes algériennes sont parmi les plus meurtrières du monde. Au-delà des mesures coercitives, les autorités, en collaboration avec la société civile, devraient multiplier les campagnes de sensibilisation.

Elyas Nour

Notez cet article