Une année après son lancement, l’usine Renault Algérie d’Oran sera inaugurée début novembre prochain. C’est le patron de l’alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, qui procédera au lancement symbolique de la production dans le site de Oued Tlelat, a rapporté le journal français la Tribune  sur son site internet.

Dans un premier temps,  25.000 nouvelles Renault Symbol  y seront assemblées. A la phase deux du projet, cette capacité sera triplée pour atteindre à terme pas moins de 75.000 unités.

Ces modèles seront destinés exclusivement au marché local, deuxième plus grand marché du continent africain.

En juin dernier, le PDG  de la société mixte algéro-française Renault Algérie Production (RAP) avait déclaré lors d’une conférence de presse que les premiers prototypes d’essai de la nouvelle Symbol allaient être testés dans les usines Renault de Roumanie, qui sont dotés de « moyens et d’équipements permettant de mesurer les performances et la fiabilité de ce véhicule ». Il avait souligné également que la nouvelle Symbol algérienne sera meilleure que celle fabriquée en Roumanie car elle est « haut de gamme ».

Ainsi, l’on prévoit la création de plus de 350 emplois directs, en sus de plusieurs centaines, voire des milliers, d’emplois indirects. Ce projet va sans nul doute booster l’activité économie dans la région.

Après plusieurs mois de tractations, la RAP a été créée en décembre 2012, suite à la visite effectuée en Algérie par le président français François Hollande.

En vertu de la règle 49/51, elle est détenue à 51% par l’Etat algérien, à travers les parts d’actions de la Société Nationale de Véhicules Industriels (SNVI, 34%) et celles du Fonds national de l’investissement (FNI,17%), contre 49% pour la partie française.

Reste maintenant à savoir le prix de la nouvelle Symbol et si elle sera accessible aux Algériens à revenu moyen.

Yacine Omar

Notez cet article